Un marché d’un billion de dollars pour les exportateurs de technologies propres

DÉBOUCHÉS DES TECHNOLOGIES PROPRES

Les plus récentes estimations d’Analytica Advisors évaluent le marché mondial des technologies propres à plus de 1,15 billion de dollars par an [1]. Le gros des dépenses est le résultat de politiques de la part de gouvernements qui adoptent des mesures pour maîtriser les impacts environnementaux, assainir l’air, le sol et l’eau et réaliser les objectifs collectifs de réduction des émissions comme ceux énoncés dans l’Accord de Paris.

Dans les faits, le marché – et les débouchés pour les exportateurs canadiens – peut être encore plus important, car les technologies propres sont un secteur notoirement difficile à cerner.

Comme le dit Rob James, directeur du développement des affaires et des ventes de la CCC pour les technologies propres et les énergies renouvelables : « On peut écologiser pratiquement n’importe quel secteur ou procédé industriel, ce qui signifie que les applications des technologies propres sont à peu près illimitées. »

ACHATS DES GOUVERNEMENTS ÉTRANGERS

Selon James, les solutions environnementales qui répondent aux besoins des gouvernements de tous ordres représentent aujourd’hui les débouchés les plus populaires des technologies propres. En voici des exemples :

Réseaux intelligents – Des innovations comme l’intelligence artificielle (IA), l’apprentissage machine et l’Internet des objets (IdO), pour aider les services publics à gérer, optimiser, décentraliser et diversifier leurs réseaux électriques.

Solutions de transport – Des flottes de véhicules électriques, des systèmes de contrôle intelligent de la circulation, l’éclairage DEL des voies publiques et d’autres solutions propres qui sont liées directement ou indirectement aux systèmes de transport sont recherchés par les administrations qui cherchent à réduire la circulation routière ou à remplir leurs engagements d’éliminer progressivement les véhicules à moteur à combustion interne.

Solutions d’énergie propre et renouvelable – Des énergies éolienne et solaire aux biogaz et à la valorisation énergétique des déchets, de nouvelles façons de répondre à la demande croissante d’énergie qui répondent à la double question des changements climatiques et de la qualité de l’air, dans un contexte de baisse rapide des prix.

Solutions pour la qualité de l’air, de l’eau et du sol – De nombreux pays ont besoin de solutions pour améliorer la qualité de vie. De grandes agglomérations urbaines comme Beijing et New Delhi recherchent des solutions de traitement des eaux usées et de purification de l’eau, une meilleure alimentation en eau et des technologies connexes.

Les entreprises du Canada peuvent répondre à une bonne partie de cette demande de technologies propres, car elles ont développé l’expertise pertinente. Le Canada est reconnu partout dans le monde pour ses capacités dans les domaines de l’efficacité énergétique, des réseaux intelligents et des solutions de traitement des eaux usées et de purification de l’eau.

TENDANCES ET FAITS MARQUANTS RÉGIONAUX

Outre les technologies très recherchées, certains marchés géographiques représentent des débouchés intéressants pour les exportateurs canadiens de technologies propres :

Chine – Des pressions environnementales et des engagements audacieux du gouvernement ont créé un grand appétit pour les technologies propres. Le rapport Bloomberg de 2017 sur les perspectives financières des nouvelles technologies note que la Chine a dépensé, l’an dernier seulement, 86,4 milliards de dollars dans des solutions d’énergie solaire, et ses auteurs estiment que le pays multipliera pas huit ses capacités éoliennes et solaires d’ici 2040.

Caraïbes – Les gouvernements de la région rebâtissent la capacité de production et misent sur des réseaux électriques plus durables et plus résilients après les ouragans dévastateurs qui ont frappé en 2017. Les projets d’infrastructure stimulent la demande pour le stockage des batteries, les technologies de stabilisation des réseaux et les solutions connexes.

Arabie Saoudite – Le projet économique post-pétrole du nouveau prince héritier du pays est susceptible d’augmenter la demande pour les énergies renouvelables. L’Arabie saoudite a conclu récemment un partenariat avec la société multinationale japonaise SoftBank pour construire le plus grand parc solaire au monde, qui ajouterait une capacité de 200 gigawatts à l’Arabie saoudite et qui devrait coûter 200 milliards de dollars [2].

Norvège, Grande-Bretagne et France – Les trois pays se sont engagés à éliminer progressivement les véhicules alimentés aux combustibles fossiles (la Norvège d’ici 2025, la Grande-Bretagne et la France d’ici 2040), ce qui signifie qu’ils sont à la recherche de solutions de rechange. La Chine a également annoncé son intention d’établir un calendrier pour des transports qui n’utilisent pas d’énergie fossile.

CLÉS DE LA RÉUSSITE

Alors, comment les exportateurs canadiens de technologies propres peuvent-ils tirer parti de ces débouchés? Une initiative comme le Carrefour de la croissance propre du gouvernement du Canada, créé pour promouvoir des solutions de technologies propres dans les marchés internationaux, peut servir de tremplin à la commercialisation.

Lorsqu’une solution arrive sur le marché, la force de l’image de marque du Canada va souvent la distinguer des solutions concurrentes – un aspect qui peut être favorisé par l’approche de gouvernement à gouvernement de la CCC. Rob James souligne qu’il est également important que les exportateurs puissent définir et quantifier les avantages qu’une solution apporte en matière de réduction des émissions polluantes, d’économies de coûts, de rendement à long terme et autres.

Michelle Gartland, directrice adjointe des technologies propres d’Affaires mondiales Canada, ajoute qu’une compréhension générale des marchés étrangers améliore les chances de réussite des exportateurs. Le Service des délégués commerciaux du Canada peut donner aux exportateurs canadiens de l’information commerciale sur les possibilités actuelles, la réglementation et la situation politique, les différences culturelles en affaires et les principaux concurrents dans une région particulière – renseignements qui aident à positionner le mieux possible leurs technologies propres.

« Cette valeur ajoutée de l’information est essentielle avant de faire un investissement important », ajoute-t-elle.

Une chose est claire : les technologies propres sont la voie de l’avenir, et leurs débouchés sur la scène internationale ne vont que s’accroître dans les années à venir. Le Canada possède l’expertise technique et les connaissances fondamentales, particulièrement dans les secteurs des ressources, pour tirer parti de ces débouchés.

Êtes-vous un exportateur de technologies propres? Améliorez vos chances de succès en appelant le directeur de secteur Rob James au 613-996-0161, ou en lui envoyant un courriel à rjames@ccc.ca.

[1] Analytica Advisors. Rapport sur l’industrie des technologies propres au Canada. 2017.

[2] Bloomberg News. Saudis, SoftBank Plan World's Largest Solar Project. https://www.bloomberg.com/news/articles/2018-03-28/saudi-arabia-softbank-ink-deal-on-200-billion-solar-project.


Abonnement aux publications de la CCC

*