Nous aidons les exportateurs canadiens à réussir sur la scène internationale depuis 75 ans.

Depuis la fondation de la Corporation commerciale canadienne en 1946, nous avons facilité des milliards d’exportations et d’investissements à l’étrangers par des entreprises canadiennes. Notre histoire a touché des milliers de Canadiens.

Credit: Globe and Mail

1946 | Le monde a besoin du Canada

Au lendemain des ravages causés par la Seconde Guerre mondiale, le très  honorable C.D. Howe, alors ministre de la Reconstruction et des Approvisionnements, reconnaît le besoin urgent d’aider à l’habillement, à l’alimentation et au logement de millions de personnes déplacées, ainsi qu’à la réhabilitation de l’Europe et d’autres parties du monde déchirées par la guerre. Le gouvernement du Canada accorde temporairement à la Commission des contrôles à l’exportation d’alors des pouvoirs similaires à ceux des sociétés commerciales britanniques et américaines, afin de créer une organisation capable d’acheter et de livrer dans des délais critiques les ressources canadiennes dont on a un besoin urgent.
Credit: Globe and Mail
Credit: Bundesarchiv, Bild

1946 | Création de la Corporation commerciale canadienne

Le 31 août 1946, la Loi créant la Corporation commerciale canadienne reçoit la sanction royale, créant officiellement la Corporation commerciale canadienne (CCC) en tant que société d’État. La CCC assume les responsabilités de l’exécution des fonctions d’approvisionnement du Canada au nom de divers gouvernements étrangers, ainsi que de l’Administration des Nations unies pour le secours et la reconstruction (UNRRA). Parmi les principales expéditions et projets, citons l’envoi de 23 700 chevaux en Europe, de 4 millions de dollars de pièces automobiles à l’UNRRA, de 4 millions de dollars de pont en acier à la Chine et de 62 millions de dollars de navires neufs pour la France. La CCC assume également le rôle de maître d’œuvre pour le Fonds international d’urgence pour l’enfance des Nations Unies (UNICEF), désormais connu sous le nom de Fonds des Nations Unies pour l’enfance.
Credit: Bundesarchiv, Bild
Wikimedia Commons

1947 | Approvisionner la défense nationale nord-américaine

En février 1947, la CCC se voit confier les pouvoirs, les devoirs et les fonctions d’effectuer les achats au nom du ministère de la Défense nationale (MDN) jusqu’à la création du ministère de la Production de défense en 1951. Dans le même temps, la CCC approvisionne les gouvernements étrangers alliés en produits canadiens, en particulier pour répondre aux besoins de l’armée américaine. Il s’agissait d’une partie de l’effort de défense commune des deux pays conformément à la Déclaration de Hyde Park, et il s’agit encore aujourd’hui de l’une des principales activités de la CCC. Pour en savoir davantage.
Wikimedia Commons
Toronto Star Photograph Archive - Public Domain

1949 | Contrat de construction de la Défense nationale

Pour répondre aux besoins des forces armées canadiennes, la CCC passe à l’époque un contrat pour la construction de 1 624 maisons militaires pour une valeur totale de 19 millions de dollars. Compte tenu de l’ampleur des besoins en matière de construction de défense, une autre société d’État est créée, Construction de Défense Limitée (CDL), pour s’occuper de tous les nouveaux travaux de construction au nom du ministère de la Défense nationale. La CCC, quant à elle, continue de passer des contrats pour les travaux de réparation et d’entretien.
Toronto Star Photograph Archive - Public Domain
Credit: NATO Hulton Archives, HB-7277

1949 | Le Canada signe le Traité de l’Atlantique Nord

Le 4 avril 1949, le Canada se joint à la Belgique, au Danemark, à la France, à l’Islande, à l’Italie, au Luxembourg, à la Norvège, aux Pays-Bas, au Portugal, au Royaume-Uni et aux États-Unis pour signer le Traité de l’Atlantique Nord. Ensemble, ils s’engagent à assurer une défense mutuelle, mais aussi – sur l’insistance du Canada – une coopération sociale et économique. Pour la première fois de son histoire, le Canada rejoint une alliance militaire en temps de paix. La CCC se voit confier le rôle d’approvisionner l’OTAN de matériaux stratégiques du Canada dans le cadre de certaines de ses obligations envers l’organisation.
Credit: NATO Hulton Archives, HB-7277
Credit: Bruce Forsyth

1951 | La ligne Pinetree de stations radars et le NORAD

En 1951, la construction de la ligne de stations radars Pinetree commence comme projet conjoint entre le Canada et les États-Unis. Cette ligne, qui comprenait un total de 44 stations radars, s’étendait le long du 50e parallèle jusqu’à la côte est et dans le sud de l’Ontario et du Québec, et servait de système de détection d’alerte précoce. Les stations radars d’alerte précoce ont été installées pour contrer la menace aérienne soviétique contre l’Amérique du Nord. Ce système a ensuite été intégré au système d’alerte commun de défense aérienne nord-américaine (NORAD) des États-Unis et du Canada. Dans le cadre de ce projet, la CCC a agi comme maître d’œuvre pour l’équipement et les services.
Credit: Bruce Forsyth

1952 | La contribution du Canada au Plan Colombo

La CCC a accepté la responsabilité d’acheter et d’expédier le matériel et les biens nécessaires aux contributions du gouvernement du Canada aux gouvernements de l’Inde, du Sri Lanka (connu alors sous le nom de Ceylan) et du Pakistan. La CCC a passé des contrats pour des fournitures, des services et des projets, notamment des projets d’irrigation et d’hydroélectricité, la construction d’une cimenterie, la fourniture de machinerie agricole, de camions et de bus, de bateaux de pêche et de chalutiers, d’équipements pour le bétail et de services vétérinaires, de farine, de locomotives diesel et d’équipements de laboratoire pour une université. Ce n’était que le début du rôle de la CCC en tant que partenaire du gouvernement du Canada pour la passation de contrats, l’approvisionnement et la gestion de projets afin de livrer les contributions en nature du Canada à des bénéficiaires étrangers partout dans le monde.
Credit: Globe and Mail

1953 | Le Canada répond aux besoins de la Corée du Sud

Après l’armistice de juillet 1953 qui a mis fin à la guerre de Corée, la CCC conclut un accord avec l’Agence de reconstruction coréenne des Nations Unies pour agir comme son agent d’achat au Canada. Grâce à cet accord, cette année-là, la société passe des contrats pour 5 millions de dollars de marchandises, en commençant par 500 tonnes de papier et 66 000 tonnes d’orge.
Credit: Globe and Mail
Credit: Toronto Star

1954 | L’épidémie de polio

En 1953, le Canada atteint un niveau épidémique avec près de 9 000 cas et 500 décès causés par la polio (poliomyélite). Alors que la recherche d’un vaccin efficace se poursuit, les Connaught Medical Laboratories de Toronto ont dû acheter des singes rhésus pour fabriquer le vaccin antipoliomyélitique de Salk. À la demande du ministère de la Santé nationale et du Bien-être social, et avec la coopération du gouvernement de l’Inde, la CCC prend des dispositions pour transporter les animaux en prenant des mesures pour assurer une condition physique optimale. Moins de 1 % des 1 500 animaux n’ont pas survécu au voyage de 16 000 km. Le succès des programmes d’immunisation dans les années 1950 a permis de réduire considérablement l’incidence de la polio au Canada, le dernier cas indigène ayant été répertorié en 1977 et l’éradication de la maladie déclarée en 1994.
Credit: Toronto Star

1955 | L’ouragan du siècle

Le 5 octobre 1954, l’ouragan Hazel frappe l’Amérique du Nord et fait plus d’un millier de morts, principalement en Haïti, en plus de causer pour plus de 3 milliards de dollars (en dollars de 2012) de dommages, des Caraïbes jusqu’au Canada. Au début de l’année 1955, la CCC achète et expédie, au nom du ministère des Affaires extérieures, pour 25 000 $ de morue salée séchée à Haïti à titre de mesure de secours.

1956 | Accord sur le partage de la production de défense

L’Accord sur le partage de la production de défense (DPSA) est conclu en 1956 entre les États-Unis et le Canada pour assurer l’utilisation la plus efficace possible des capacités industrielles américaines et canadiennes liées à la défense. Le DPSA conduit en 1958 à la création du programme de partage de la production de défense entre le Canada et les États-Unis, mis en œuvre par la CCC. Il est conçu pour accroître les possibilités pour l’industrie canadienne de rivaliser avec ses homologues américains pour les contrats de défense de premier ordre émis par l’armée américaine. Le programme est basé sur la politique selon laquelle, dans la mesure du possible, les ressources des deux pays devraient être coordonnées pour la défense commune de l’Amérique du Nord et qu’il devrait y avoir une coopération économique dans la production des besoins de défense. Ce principe a été initialement reconnu par les deux pays dans le cadre de la Déclaration de Hyde Park de 1941 et réaffirmé dans la Déclaration de principes concernant la coopération économique de 1950. Pour en savoir davantage

1960 | Aide d’urgence mondiale

Le 22 mai 1960, le tremblement de terre le plus puissant de l’histoire, d’une magnitude de 9,5, frappe le sud du Chili, laissant deux millions de personnes sans abri, faisant au moins 3 000 blessés et environ 1 655 morts. À la demande du ministère des Affaires extérieures, la CCC achète 9 800 tonnes de farine à offrir comme don du Canada au gouvernement du Chili pour les secours apportés à la suite du tremblement de terre. La même année, à la suite des troubles survenus au Liban et en Égypte, en réponse à une crise humanitaire, la CCC envoie 28 300 tonnes de farine par l’intermédiaire de l’Office de secours et de travaux des Nations Unies. Dans le cadre de la collaboration avec l’OTAN, 19 000 tonnes de farine ont été expédiées pour lutter contre la famine en Norvège, et 30 000 tonnes pour lutter contre la famine au Royaume-Uni.

1961 | Le Canada se joint à la « course à l’espace » des États-Unis.

En mai 1961, le président américain John F. Kennedy proclame : « Je crois que cette nation devrait se donner comme objectif, avant que cette décennie ne se termine, d’envoyer un homme sur la Lune, et le ramener sain sauf sur terre. » Alimentée par la concurrence avec l’Union soviétique, cette mission a été surnommée la « course à l’espace ». Le Canada joint rapidement ses forces et un accord est signé entre le Canada et la National Aeronautics and Space Administration (NASA) des États-Unis, établissant les conditions dans lesquelles la CCC agira en tant que maître d’œuvre pour le matériel et les technologies provenant du Canada. Certaines des premières contributions du Canada concernent une station de poursuite de satellites « Minitrack » et la conception et la fabrication d’un prototype d’antenne redressable.
Credit: Royal Canadian Air Force

1964 | Fourniture d’avions tactiques et de chasse aux États-Unis.

Le 2 juillet 1959, après que le F-104 ait été sélectionné par l’Aviation royale canadienne pour remplacer le Sabre Mk.6 utilisé pour soutenir les opérations de l’OTAN en Europe pendant la guerre froide. Avec l’autorisation de Lockheed, Canadair produit l’avion F-104 pour notre pays, en plus de produire une version ultérieure, le F-104G, pour le compte du gouvernement américain. La CCC gère alors la commande de 59 millions de dollars, ainsi qu’une commande de 37 millions de dollars pour l’avion Caribou de Havilland destiné au transport militaire tactique.
Credit: Royal Canadian Air Force

1967 | Fourniture d’avions d’appui tactique au sol aux Pays-Bas

Au début de 1967, le gouvernement néerlandais se joint au Canada pour acquérir l’avion d’appui tactique au sol CF-5 produit par Canadair. La commande de 145 millions de dollars est passée pour l’achat de 105 appareils par le biais du service de passation de contrats de gouvernement à gouvernement de la CCC. La Royal Dutch Air Force reçoit sa commande de 75 avions monoplaces renommés NF-5a et de 30 avions d’entraînement biplaces NF-5b en mars 1969.

1974 | Le transport ferroviaire en Afrique

De 1974 à 1979, le Malawi collabore avec l’Agence canadienne de développement international (ACDI) par l’intermédiaire de la CCC qui agit comme maître d’œuvre, pour construire 110 kilomètres de nouvelles voies ferrées entre Salima et Lilongwe, dans le cadre du projet de chemin de fer Malawi-Canada. La CCC achète également des wagons de transport commercial spécialisés pour la Zambie.

1979 | Le bras spatial canadien – L’ingéniosité canadienne dans l’espace

D’abord appelé « télémanipulateur de la navette spatiale américaine », ce qu’on appelle aujourd’hui le bras spatial canadien, ou Canadarm, était un bras mécanique télécommandé, contracté par l’intermédiaire de la CCC pour la NASA par Spar Aerospace Limited de Toronto (acquise par MDA en 1999). Le programme de développement du bras spatial canadien, d’une valeur de 110 millions de dollars, est réalisé sous la direction du Conseil national de recherches du Canada, et dirigé par Spar Aerospace Ltd. en collaboration avec CAE Electronics Ltd. et DSMA Atcon Ltd. Le Canadarm est remis à la NASA en 1981 à Toronto, où il a été construit. Considéré comme le premier robot spatial, le bras spatial canadien a connu une carrière productive de 30 ans dans le cadre du programme de la navette spatiale de la NASA, où il a déployé, capturé et réparé les satellites, positionné les astronautes, entretenu les équipements et déplacé le fret. Bien que le premier bras spatial canadien, le Canadarm, ait été mis hors service en juillet 2011, il a établi la réputation du Canada en tant que leader en matière d’innovation technologique et a inspiré la création d’une série d’autres robots canadiens utilisés sur la Station spatiale internationale, dont le Canadarm2.
Tiré en partie de

1982 | Contribuer à la résolution des problèmes de santé dans le monde

La cécité des rivières est une maladie terrible qui provoque une gêne importante et finit par rendre aveugles les personnes infectées. Les mouches qui propagent la cécité des rivières se reproduisent dans les eaux rapides et ont rendu les terres fertiles d’Afrique, alimentées par des rivières telles que la Volta, impropres à l’agriculture pendant des décennies. Viking Helicopters et CCC obtiennent trois contrats d’une valeur de 7,6 millions de dollars de l’Organisation mondiale de la santé pour la pulvérisation des rivières afin d’aider à contrôler la maladie. La même année, Connaught Laboratories et CCC obtiennent un contrat au nom de l’UNICEF pour la création d’une usine de vaccins contre la rougeole au Pakistan. La CCC obtient également un contrat de 19 millions de dollars avec la Foundation Company of Canada Ltd de Toronto pour construire un hôpital de 215 lits en Côte d’Ivoire. L’hôpital a été ouvert comme prévu en novembre 1984, et une prolongation ultérieure d’une valeur de 1,5 million de dollars a été nécessaire pour la fourniture de services de gestion initiale et d’équipement médical.

1984 | Un tout premier contrat en Équateur, dans le secteur de l’éducation

Pour la première fois, la CCC, par le biais de son Service de maître d’œuvre international, est choisie pour diriger un contrat d’une valeur de 10,1 millions de dollars portant sur du matériel électronique d’aide à l’enseignement pour l’Équateur. Grâce à un contrat national, la CCC s’associe à Lab-Volt Ltd, aujourd’hui Festo Didactic, une relation gagnante qui s’est traduite par d’autres contrats au fil des ans. Située à Québec, l’entreprise Festo compte parmi les principaux fournisseurs mondiaux d’équipement et de solutions pour l’enseignement technique. En 2021, la CCC s’associe à Festo Didactic pour un contrat de 1,7 million de dollars canadiens avec le Fonds de développement de Moquegua, afin de contribuer à augmenter la main-d’œuvre qualifiée de Moquegua, au Pérou. Dans le cadre de ce contrat, la société fournira et installera du matériel de laboratoire éducatif de pointe à l’Instituto de Educación Superior Público José Carlos Mariátegui de Moquegua. Festo assurera également des formations dans le cadre de plans en plusieurs phases élaborés par l’Institut et soutenus par le Fonds, afin d’améliorer la qualité de l’éducation dans la région de Moquegua. Pour en savoir davantage.

1985 | « Le port maritime le plus fréquenté du monde » à Hong Kong

Après la réalisation d’une étude sur la gestion du trafic maritime pour le port de Hong Kong par la CCC, le service maritime de Hong Kong demande à la Corporation, en collaboration avec la Garde côtière canadienne, de sélectionner par voie de concours un entrepreneur canadien pour la mise en œuvre de l’étude. Le processus de demande de propositions aboutit à la sélection de DGB Consultants Inc. de Montréal, qui signe un contrat d’une valeur de 19 millions de dollars américains pour la mise en place d’un système complet de trafic maritime pour le port et les voies navigables de Hong Kong.

1988 | Radars météorologiques d’alerte précoce dans les Caraïbes

La CCC passe un contrat avec l’Organisation météorologique mondiale pour la remise à neuf des systèmes de radars météorologiques en Jamaïque et à la Barbade. À l’époque à la pointe de la technologie, ces radars font partie d’un réseau de systèmes d’alerte précoce pour toutes les tempêtes tropicales, ouragans et autres phénomènes météorologiques violents qui touchent la région. La CCC réalise les travaux avec Genelcom Ltd, de Weston, en Ontario, une filiale de communication de GE Canada Inc.

1990 | Contrat musical unique avec la Nouvelle-Zélande

En 1990, le Waikato Anglican Boys’ College Trust de Hamilton, en Nouvelle-Zélande, fait l’acquisition d’un orgue par l’intermédiaire de la CCC auprès des Orgues Létourneau Ltée, de Saint-Hyacinthe, au Québec, ce qui représente l’une des rares transactions non gouvernementales de l’histoire de la CCC. Les Orgues Létourneau est l’une des rares entreprises au monde à concevoir, construire et restaurer des orgues à tuyaux, dont le caractère est unique. Ce contrat réussi conduit à la vente ultérieure d’orgues à tuyaux destinés à plusieurs églises des États-Unis et d’Australie au début des années 1990. Avec ces contrats, la CCC a contribué à apporter plus de musique au monde!
Credit: Weatherhaven

1991 | Les Nations Unies utilisent des abris canadiens pour l’aide humanitaire

Plusieurs agences des Nations Unies expriment le besoin pour des abris à parois souples dans le cadre de diverses opérations, par exemple pour installer des hôpitaux de campagne ou pour loger des personnes déplacées au niveau international. La CCC, en collaboration avec Weatherhaven, basée à Vancouver, en Colombie-Britannique, est alors choisie comme fournisseur. La solide réputation de Weatherhaven et son expertise éprouvée ont ensuite conduit à d’autres contrats au fil des ans pour ces systèmes d’abris redéployables.
Credit: Weatherhaven

1991 | La CCC signe des protocoles d’entente avec Cuba

En 1991, le gouvernement du Canada, par l’intermédiaire de la CCC, signe deux protocoles d’entente avec le Ministerio de Turismo et le Ministerio del Azúcar (MINAZ), lançant ainsi le programme de la CCC à Cuba, qui se poursuit à ce jour. Grâce à ce programme, la CCC réussit à gérer les contrats des exportateurs canadiens en utilisant son service unique de maître d’œuvre de gouvernement à gouvernement. Au cours des 30 dernières années, les exportateurs canadiens, dont 80 % sont des petites et moyennes entreprises (PME), ont fourni au gouvernement cubain une variété de biens de consommation et de services qui ont soutenu les secteurs agricole et touristique de la nation insulaire. Parmi les biens et services fournis, on peut citer, entre autres, le bœuf congelé canadien, les fournitures de construction, les engrais pour la récolte de sucre à Cuba et les adoucisseurs d’eau pour les hôtels cubains. Ce programme est rendu possible grâce à un partenariat entre CCC, Exportation et développement Canada (EDC) et la Banque Nationale du Canada (BNC), qui offrent ensemble une solution de financement et de passation de contrats « faits au Canada » aux acheteurs cubains.

1991 | La CCC contribue à faire connaître IMAX au monde entier

IMAX Corporation de Toronto, en Ontario, qui propose une technologie à la fine pointe du secteur du cinéma, collabore avec CCC sur un contrat pour son système de projection et de sonorisation OMNIMAX d’une grande visibilité pour Phantasialand à Brühl, en Allemagne. Peu de temps après avoir célébré ce succès, un contrat similaire est signé pour installer le même système à Tel-Aviv, en Israël, en 1992.

1993 | La Thaïlande achète des hélicoptères canadiens

Une vente importante est conclue avec les Forces armées royales thaïlandaises par l’intermédiaire de la CCC d’hélicoptères Bell 212 fabriqués par Bell Helicopter Textron, une division de Textron Canada Ltd. Le contrat prévoyait la vente de vingt hélicoptères Bell 212 fabriqués au siège social de l’entreprise à Mirabel, au Québec. Cette vente a particulièrement illustré l’utilité d’un contrat de gouvernement à gouvernement, qui a considérablement réduit la complexité de la transaction pour toutes les parties concernées.
Credit: OceanWorks International

1994 | Une innovation canadienne en matière de plongée remporte un contrat de défense américain

International Hard Suits Inc, aujourd’hui OceanWorks International, de North Vancouver, en Colombie-Britannique, a mis au point une technologie de pointe en matière de combinaisons de plongée. Appelé Newtsuit, cette combinaison a été vendue avec succès aux marines française, italienne et canadienne ainsi qu’aux forces de défense japonaises. Grâce au Service de maître d’œuvre international du département de la Défense des États-Unis de la CCC, International Hard Suits Inc. a pu vendre à son plus grand client potentiel : la marine américaine, avec pour résultat final un contrat d’un million de dollars. La collaboration avec CCC a conduit à des ventes de plus de 20 millions de dollars au cours des cinq années suivantes, faisant de la marine américaine un client clé pour cette combinaison de plongée innovante.
Credit: OceanWorks International

1996 | La CCC lance le Programme de paiements progressifs (PPP)

La CCC lance le Programme de paiement progressif (PPP), qui permet à ses clients à vendre en toute confiance à un large éventail de marchés non traditionnels. Ce service permet aux petites entreprises exportatrices d’avoir accès à un financement des exportations avant expédition auprès de sources commerciales. Ce programme comble le manque de liquidités des entreprises en les aidant à obtenir un financement des exportations avant expédition auprès de l’une des 19 institutions financières participantes, par le biais d’une ligne de crédit de projet destinée à couvrir les coûts de production pour une vente à l’exportation particulière. Le Programme de paiements progressifs a été supprimé en 2005-2006 afin d’éliminer le double emploi avec les services offerts par Exportation et développement Canada.

1996 | La CCC lance un système de jumelage des offres.

En 1996, la CCC lance également un nouveau système de jumelage des soumissions, qui permet à la Corporation de sensibiliser de façon proactive les entreprises canadiennes aux possibilités offertes par les États-Unis. Les possibilités validées sont affichées sur le système MERX canadien et sur le site Web de la CCC à ce moment-là, qui propose également une fonction de recherche par mot-clé. En l’espace de deux ans, on estime que le nouveau système de jumelage des soumissions a permis d’augmenter considérablement le nombre de propositions destinées au marché du gouvernement américain. En effet, 663 entreprises canadiennes ont sollicité des offres d’une valeur de 766 millions de dollars, générant des contrats d’une valeur de 85 millions de dollars. Cette idée a été reprise en 2003-2004 sous le nom de SourceCan, où les possibilités étaient jumelées pour les contrats américains et européens. Vingt-cinq ans plus tard, cette idée renaît et s’étend au monde entier grâce aux dernières technologies numériques. Le site de la CCC Outil de recherche d’appels d’offres internationaux couvre plus de 200 pays et ajoute plus de 5000 possibilités par jour. Apprenez-en plus avec notre

1997 | L’aéroport international de Budapest a besoin d’un nouveau terminal

Au cours de l’été 1993, une prévision du trafic aérien hongrois démontre que la capacité de l’aéroport international Ferihegy de Budapest à traiter 4 millions de passagers par an dans ses deux terminaux, s’avérerait insuffisante pour la croissance prévue d’ici l’an 2000. Par l’intermédiaire du service de passation de contrats de gouvernement à gouvernement de la CCC, la Airport Development Corporation de Toronto dirige la construction du terminal 2B, qui a débuté en 1997. Le nouveau bâtiment, d’une superficie de plus de 30 000 m2 et avec une aire de trafic attenante, a été inauguré le 8 décembre 1998. Il s’agissait du premier projet d’infrastructure aéroportuaire de la CCC, et la précieuse expérience contractuelle acquise a profité aux futurs contrats aéroportuaires dans d’autres parties du monde.

1999 | Soins contre le cancer au Costa Rica

L’expertise canadienne dans le domaine de la lutte contre le cancer est reconnue au niveau international. En 1999, dans le cadre d’un contrat de gouvernement à gouvernement de 1,5 million de dollars US entre le gouvernement du Costa Rica et la CCC, Cancer Care International (CCI), basé à Toronto, réalise l’étude de concept et de financement fournissant des recommandations pour la mise sur pied d’un système d’oncologie complet, y compris la construction d’un hôpital de traitement du cancer de 40 millions de dollars US à San José.
Credit: Aecon Group Inc.

2005 | Le Canada construit l’aéroport international de Quito, en Équateur

La CCC signe un contrat de 440 millions de dollars américains pour agir comme entrepreneur principal pour la construction du nouvel aéroport international de Quito en Équateur. Le gouvernement du Canada, par l’intermédiaire de la CCC, assure que ce projet serait réalisé à temps, dans les limites du budget et conformément aux normes de qualité énoncées dans les contrats entre la CCC et l’entité municipale locale, Corporacion Aeropuerto y Zona Franca del Distrito Metropolitano de Quito, et dans le contrat national entre la CCC et l’entreprise de construction canadienne Aecon. La CCC et Aecon ont livré avec succès un nouveau projet d’aéroport à Quito, en Équateur, en 2013. Le nouvel aéroport international Mariscal Sucre de Quito a reçu plus d’une douzaine de prix internationaux célébrant sa conception innovante et l’efficacité globale de ses activités en tant que principal aéroport sud-américain.
Credit: Aecon Group Inc.

2006 | Le C-130E Hercules de la Norvège a besoin d’entretien

Lorsque la Royal Norwegian Air Force a besoin d’acheter des pièces et des services de révision pour son avion Hercules C-120E, c’est à la CCC qu’elle demande d’agir comme agent d’approvisionnement auprès de L-3 SPAR Aerospace Ltd. d’Edmonton, en Alberta. Ce contrat, d’une valeur de 41,3 millions de dollars américains, porte sur la remise à neuf de quatre avions de transport C-130E. Le gouvernement norvégien a préféré cette méthode parce que la CCC pouvait mettre à profit les pratiques et les capacités contractuelles canadiennes afin d’accélérer le processus d’achat et de soutenir la capacité d’approvisionnement de la Norvège. En répondant aux besoins d’une armée alliée, la CCC a renforcé les relations internationales au profit des exportateurs canadiens et du gouvernement du Canada.

2006 | La phase I du projet d’infrastructure du canal de la République dominicaine

La Corporacion del Acueducto y Alcantarillado de Santo Domingo (Corporation de l’eau et de l’assainissement) doit trouver une solution viable aux problèmes liés aux déchets jonchant les canaux à ciel ouvert des systèmes de drainage des eaux pluviales et sanitaires qui provoquaient des inondations régulières dans l’ouest de Saint-Domingue, la capitale de la République dominicaine. Elle se tourne ainsi vers Dessau, une importante firme canadienne d’ingénierie et de construction, pour diriger cette première phase de trois dans le cadre d’un contrat de premier ordre avec la CCC. Le projet, d’un coût de 110 millions de dollars, consistait à réaménager la zone en remplaçant les canaux à ciel ouvert par des systèmes souterrains de drainage des eaux pluviales et sanitaires. Le siège social de Dessau est situé à Montréal, au Québec.

2008 | L’Allemagne met en service un satellite d’observation de la terre

En 2008, MacDonald, Dettwiler and Associates Ltd. (maintenant MDA) dirige la conception, la construction, le lancement et la mise en service d’une constellation de satellites d’observation de la Terre pour la société allemande RapidEye AG. Ce contrat de 187 millions de dollars est rendu possible grâce au service de passation de contrats de gouvernement à gouvernement de la CCC, qui s’est avéré particulièrement utile pour gérer les composantes techniques nombreuses et complexes de ce projet. Le 29 août 2008, une fusée Dnepr a été lancée avec succès depuis le Kazakhstan transportant la constellation de cinq satellites d’observation de la Terre de RapidEye. Chaque satellite est identique et voyage sur le même plan orbital (à une altitude de 630 km et séparés en orbite par des intervalles de 19 minutes). Ces satellites ont été les premiers satellites commerciaux à inclure la technologie de la bande Red-Edge, qui est sensible aux changements de la teneur en chlorophylle. Elle est notamment utilisée pour surveiller la santé de la végétation, mesurer la teneur en protéines et en azote de la biomasse, et répondre à d’autres besoins d’information agricole.
Credit: Viking Air

2010 | Développer la relation bilatérale Canada-Pérou

En 2010, la CCC signe le premier de trois nouveaux contrats avec le gouvernement du Pérou. La relation croissante avec ce partenaire régional clé aboutit à la décision du ministère de la Défense péruvien de faire appel à la CCC à la fin de 2010 pour l’acquisition de 12 nouveaux aéronefs Twin Otter par l’intermédiaire de Viking Air Limited de Sidney, en Colombie-Britannique. Le ministère péruvien de la Défense a tiré profit d’une procédure d’achat accélérée, d’un processus transparent et de nos normes rigoureuses en matière de fournisseurs, ce qui a été remarqué par d’autres ministères péruviens. Ainsi, en 2011, le ministère péruvien de l’Intérieur communique avec la CCC pour explorer les domaines dans lesquels la CCC et les entreprises canadiennes innovantes pourraient contribuer à améliorer l’infrastructure de défense et de sécurité du Pérou. Depuis, la CCC a signé des contrats avec Forensic Technology Inc. de Montréal, au Québec, pour la fourniture d’un système intégré d’identification balistique, et avec Morpho Canada Inc. de Montréal, au Québec, pour la fourniture d’un système automatisé d’identification des empreintes digitales au ministère de l’Intérieur du Pérou.
Credit: Viking Air
Credit: Bluedrop Performance Learning Inc.

2011 | L’Australie se tourne vers le Canada pour obtenir des simulateurs d’entraînement d’aéronefs spécialisés

Par le biais du Service des maîtres d’œuvre internationaux de la CCC, Bluedrop Performance Learning Inc. obtient un contrat de 1 million de dollars pour fournir une simulation basée sur la réalité virtuelle à la Royal Australian Air Force (RAAF). Ce simulateur soutient le programme de formation des arrimeurs de charges du C-130J Hercules de la RAAF. Le nouveau contrat permettra aux arrimeurs d’effectuer une formation procédurale dans un environnement virtuel immersif réaliste simulant le vol assisté par des lunettes de vision diurne et nocturne, avec un accent particulier sur la détection et la réaction aux menaces. « Ce contrat démontre clairement la capacité de Bluedrop à intégrer et à fournir une technologie de classe mondiale aux forces militaires du monde entier depuis le Canada atlantique », a déclaré Allen Dillon, vice-président du développement commercial de Bluedrop. En 2013, le succès du premier contrat porte ses fruits alors qu’un deuxième contrat est attribué à Bluedrop pour la poursuite des services de simulateur de formation en réalité virtuelle pour la Royal Australian Air Force. Fondée en 1992, Bluedrop compte plus de 120 employés et son siège social est situé à St. John’s, NL.
Credit: Bluedrop Performance Learning Inc.

2011 | Loteries nationales du Honduras et du Nicaragua

Le Honduras et le Nicaragua recherchaient une solution en ligne sûre et moderne pour leurs loteries nationales. Grâce à des contrats de premier ordre passés avec la CCC, la Canadian Bank Note, basée à Ottawa (Ontario), élabore et exploité des systèmes experts et sécurisés pour le marché des loteries. Grâce à ces systèmes, les gouvernements du Honduras et du Nicaragua ont pu générer des fonds à partir de leurs loteries nationales respectives pour financer des programmes sociaux, y compris la santé et les soins sociaux pour les mères et les enfants, ainsi que des programmes éducatifs et sociaux pour les jeunes et les personnes âgées.

2013 | Entretien, réparation et révision d’aéronefs au Mexique

En 2013, la CCC, en collaboration avec Cascade Aerospace, signe un contrat de gouvernement à gouvernement (G2G) de 35 millions de dollars pour l’entretien programmé en dépôt de deux aéronefs C-130K Hercules avec l’armée de l’air mexicaine. L’appel d’offres concurrentiel initialement lancé par le Mexique pour cet approvisionnement n’a reçu aucune offre qualifiée. Le ministère mexicain de la Défense (MoD) a alors exprimé de façon proactive son intérêt pour Cascade et a contacté la CCC pour explorer la possibilité d’un arrangement de gouvernement à gouvernement. La sécurité accrue de la garantie d’exécution du contrat par le gouvernement du Canada, une caractéristique de tous les contrats signés par la CCC, combinée au rythme accéléré des contrats de gouvernement à gouvernement, a encouragé le Mexique à se procurer ces services d’entretien au Canada. Fortes du succès du contrat de 2013 et de la confiance que l’armée de l’air mexicaine avait accordée à Cascade, la CCC et Cascade ont signé un autre contrat d’une valeur de 16,4 millions de dollars en 2014 pour la révision des moteurs de deux avions C-130K Hercules.

2014 | Crise d’Ebola en Afrique

En 2013, l’épidémie du virus Ebola en Afrique de l’Ouest, est la plus vaste épidémie de la maladie de l’histoire et cause des pertes humaines et des perturbations socio-économiques majeures dans la région, principalement en Guinée, au Liberia et en Sierra Leone. Dans le cadre de l’aide humanitaire du gouvernement du Canada, Affaires mondiales Canada (à l’époque le ministère des Affaires étrangères, du Commerce et du Développement), par l’intermédiaire de la CCC, aide l’Organisation mondiale de la santé (OMS) en organisant la livraison d’équipement de protection individuelle (ÉPI) donné par l’Agence de santé publique du Canada (ASPC), Santé Canada et huit provinces canadiennes. Au plus fort de la crise d’Ebola, au milieu de l’année 2014, la CCC a rapidement conclu des accords d’approvisionnement avec des fournisseurs d’expédition réputés pour recueillir environ 18,5 millions d’articles d’ÉPI, situés dans tout le Canada, afin de les acheminer de manière coordonnée vers l’Afrique de l’Ouest.

2014 | Le Bangladesh achète de la potasse canadienne

Le 23 avril 2014, la CCC, en collaboration avec Canpotex Ltd, signe un contrat de 41,3 millions de dollars assorti d’une option de 20 millions de dollars pour approvisionner le Bangladesh en potasse sur une période de 12 mois. Représentant l’un des plus grands producteur de potasse du monde, le Canada est à l’origine de 30 % de la production mondiale totale de ce minéral. Le pays détient 46 % des réserves mondiales de potasse dans le Prairie Evaporite Deposit, qui se trouve sous les plaines méridionales de la Saskatchewan. Environ 5 000 Canadiens travaillent dans l’industrie canadienne de la potasse. Après avoir été confrontée et retardée par les règles d’approvisionnement d’une vente directe au Bangladesh, Canpotex approche la CCC pour trouver une meilleure solution. Grâce à son service de passation de contrats de gouvernement à gouvernement, la CCC se joint à Canpotex dans cette entreprise, ce qui a mené au premier de plusieurs contrats de potasse destinés au gouvernement du Bangladesh.

2015 | La Barbade à la recherche d’une solution de comptage de l’eau basée sur les technologies propres

En 2015, la CCC signe un contrat de 42 millions de dollars avec la Barbados Water Authority (BWA) pour travailler avec le fournisseur canadien Cowater-Sogema International pour la mise en œuvre d’un système de compteurs d’eau intelligents. Cette initiative à l’échelle du pays apporte des améliorations importantes au service global aux clients grâce à des factures d’eau plus précises, des temps de réponse plus rapides, une meilleure gestion des dossiers des clients, une plus grande équité entre les consommateurs, une identification plus rapide des fuites, le remplacement des compteurs d’eau cassés, une meilleure transparence et, en fin de compte, une plus grande confiance des consommateurs envers la BWA. Ces améliorations devraient contribuer à renforcer la confiance des Barbadiens envers l’exactitude du système, ce qui augmentera leur volonté de payer l’eau fournie par la BWA aux ménages et aux clients commerciaux.
Credit: The Africa Logistics

2016 | Le Ghana a besoin d’un nouveau terminal portuaire

En 2016, la Ghana Ports and Harbours Authority (GPHA) signe un contrat de 110 millions de dollars américains avec le gouvernement du Canada, par le biais du Service de maître d’œuvre international de la CCC. Ce projet est mené par l’entreprise de construction canadienne JV Driver, basée à Leduc, en Alberta. La construction a duré cinq ans et le terminal portuaire a ouvert ses portes en mars 2021, dans le respect des délais et du budget. Le terminal de classe mondiale est situé sur un terrain de 16,2 hectares et comprend une zone de stockage et de déchargement des conteneurs de 105 000 m2, une zone de stockage des voitures, une tour de contrôle, des réservoirs d’eau, un transformateur, un atelier mécanique, une caserne de pompiers, une station de fret pour conteneurs, un complexe de bureaux, un hall bancaire, une cafétéria et une zone de stationnement extérieur, entre autres. « L’achèvement réussi du projet démontre la forte coopération bilatérale entre le Ghana et le Canada », a déclaré Kati Csaba, haut-commissaire du Canada au Ghana. « La CCC est fière de s’être associée à JV Driver et à la Ghana Ports and Harbour Authority pour réaliser un projet d’infrastructure aussi important, dont les Ghanéens profiteront pendant des décennies », a déclaré Bobby Kwon, président et chef de la direction de la CCC. « JV Driver est honorée de s’être vue confier un projet aussi complexe qui va transformer les activités commerciales et l’ensemble de l’économie du Ghana », a indiqué Todd Patterson, vice-président principal de JV Driver.
Credit: The Africa Logistics

2017 | Aecon réaménage l’aéroport international des Bermudes

Comme de l’eau a infiltré la toiture des halls d’arrivée, l’aéroport national des Bermudes a grand besoin d’être modernisé. Le Groupe Aecon du Canada a la solution appropriée pour le plus grand projet d’infrastructure de l’histoire de l’île. Lorsque la CCC propose un contrat de gouvernement à gouvernement, c’est exactement ce dont le gouvernement bermudien avait besoin pour faire le grand saut. Le projet de construction de 274 millions de dollars a débuté en avril 2017. Le chantier est situé suffisamment loin de l’aéroport actuel pour que ce dernier puisse continuer à fonctionner jusqu’à l’ouverture de la nouvelle aérogare. Tout au long des 40 mois de construction, Aecon a fait appel principalement à des entrepreneurs locaux, et près de 90 % des employés de l’aéroport de Skyport sont originaires des Bermudes. Aecon a intégré des technologies de pointe dans la conception afin d’assurer la résistance aux ouragans et de maximiser la santé et la sécurité des employés et des clients. Le 9 décembre 2020, Aecon, Skyport, CCC et les Bermudes ont célébré l’ouverture du nouveau terminal de passagers ultramoderne de l’aéroport international LF Wade. Achevée dans le respect du budget, des délais et des spécifications, cette nouvelle installation moderne de 288 000 pieds carrés permet d’améliorer le traitement des passagers, d’accroître la capacité d’accueil, de mieux résister aux conditions météorologiques extrêmes, de disposer d’équipements et d’infrastructures modernes, de réaliser des économies d’énergie, de renforcer la sécurité, d’améliorer les commerces spécialisés et les points de vente de nourriture et de boissons, et de couvrir les passerelles pour les avions à réaction.
Credit: De Havilland Aircraft of Canada Limited

2018 | Le Bangladesh a besoin d’un avion canadien Dash 8-400

En 2018, la CCC s’associe à l’avionneur canadien De Havilland Ltd pour conclure l’achat par Biman Bangladesh Airlines de trois Dash 8-400, afin d’augmenter sa flotte existante d’appareils Dash 8-400. Avec son empreinte carbone et ses coûts d’exploitation peu élevés, l’avion Dash 8-400 est le choix écologiquement responsable des opérateurs qui recherchent des performances optimales sur les liaisons régionales. L’avion peut accueillir jusqu’à 90 passagers et offre une expérience de pointe et des performances dignes d’un avion à réaction.
Credit: De Havilland Aircraft of Canada Limited

2019 | La Bolivie a besoin d’aide pour lutter contre les incendies de la forêt amazonienne

En Septembre 2019, CCC et Coulson Aircrane Ltd. (Coulson) appuient le gouvernement bolivien dans sa lutte urgente contre l’incendie à Chiquitania, une région de savanes tropicales proche de la forêt amazonienne bolivienne. Coulson fournit un équipage et trois hélicoptères, dont deux Sikorsky S-61 et un Chinook CH-47D sur mesure, à la Bolivie qui a besoin de capacités de lutte aérienne contre les incendies. Cette transaction est facilitée par le mécanisme de passation de contrats de gouvernement à gouvernement de la CCC, grâce auquel Coulson a pu atténuer les risques commerciaux, répondre à un besoin environnemental et humanitaire urgent et renforcer ses relations commerciales existantes avec la Bolivie. Coulson est une entreprise familiale privée de 60 ans, basée à Port Alberni, en Colombie-Britannique, au Canada. En tant que société d’aviation internationale et leader mondial dans la lutte contre les incendies aériens et les opérations de transport lourd, Coulson dispose d’une flotte diversifiée allant des grands avions-citernes aux grands hélicoptères.
Credit: Bell Textron Canada and the Montenegro Air Force

2020 | Le Monténégro achète des hélicoptères canadiens Bell

En juin 2020, la CCC annonce la vente de deux Bell 505 Jet Ranger X à l’armée de l’air du Monténégro, fabriqués par Bell Textron Canada dans leurs installations de Mirabel, au Québec. Facilitée par la CCC, qui jour le rôle de maître d’œuvre dans le cadre de son approche de passation de marchés de gouvernement à gouvernement, cette vente permettra de fournir des avions offrant une meilleure connaissance de la situation et une sécurité accrue, de telle sorte que les pilotes pourront se concentrer sur la formation. La CCC est reconnaissante envers ses partenaires commerciaux internationaux, notamment ses collègues d’Affaires mondiales Canada et ses partenaires de l’ambassade du Canada en Serbie, en Macédoine du Nord et au Monténégro, pour leur contribution à l’avancement de ce contrat. Le premier de ces avions a été livré en juin 2020, et le second en janvier 2021.
Credit: Bell Textron Canada and the Montenegro Air Force
Credit: Global Affairs Canada

2020 | La réponse humanitaire du Canada dans la lutte mondiale contre la COVID-19

En mai 2020, dans le cadre de la réponse du gouvernement du Canada à la pandémie mondiale, Affaires mondiales Canada (AMC) et la CCC signent un contrat avec la société GAIA Science Pte Ltd., basée à Singapour, pour fournir les produits de première nécessité pouvant aider à se protéger contre la COVID-19.
En août 2020, la CCC appuie Affaires mondiales Canada dans l’achèvement de ces deux contrats distincts, en livrant 400 000 masques respiratoires N95 aux Centres africains de contrôle et de prévention des maladies, qui ont à leur tour distribué les masques aux États membres africains qui en avaient le plus besoin. La CCC a également fourni 690 000 articles d’équipement de protection individuelle aux partenaires de l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est (ANASE), dont 90 000 masques chirurgicaux pour le secrétariat de l’ANASE et un total de 600 000 masques N95 pour le Brunei, le Laos, la Malaisie, le Myanmar, les Philippines et le Vietnam.
Credit: Global Affairs Canada

2020 | La CCC lance l’Outil de recherche d’appels d’offres internationaux

Afin d’aider les petites et moyennes entreprises du Canada à trouver davantage de possibilités de ventes internationales, la CCC lance son tout nouveau service, l’Outil de recherche d’appels d’offres internationaux. Cette application Web est une source unique d’informations sur plus de 5 000 appels d’offres dans plus de 200 pays. Et c’est gratuit. L’Outil recherche plus de 30 sources d’appels d’offres électroniques afin de mettre en relation les entreprises canadiennes avec les demandes d’offres et de propositions par l’intermédiaire d’un portail facile à utiliser. Il est ensuite possible de configurer des alertes par courriel pour les possibilités d’offres correspondant à des termes de recherche spécifiques. L’Outil de recherche d’appels d’offres internationaux est un moyen sûr et pratique de maintenir ou d’accélérer les activités de développement commercial pendant que les restrictions de voyage relatives à la COVID-19 sont en place. De plus, il offre des liens rapides vers des ressources et des outils en ligne d’EDC, de la Banque de développement du Canada (BDC) et du Service des délégués commerciaux (SDC), Apprenez-en plus avec notre

2021 | Entretien et réparation d’avions C-130J américains par Cascade Aerospace

En février 2021, la CCC a le plaisir d’annoncer que Cascade Aerospace a obtenu un contrat avec le département de la Défense des États-Unis pour l’installation de mises à niveau critiques des avions-cargos C-130J. D’une valeur maximale de 45 millions de dollars américains, le contrat prévoit l’installation de trousses de mises à niveau 7.0/8.1 fournies par le gouvernement dans les avions C-130J exploités par l’armée de l’air américaine. Les travaux seront effectués dans les installations de Cascade Aerospace à Abbotsford, en Colombie-Britannique, et devraient être terminés d’ici octobre 2025. La CCC est fière d’aider le secteur aérospatial canadien à accéder au plus grand marché d’approvisionnement militaire du monde, le département de la Défense américain. En vertu de l’Accord sur le partage de la production de défense entre le Canada et les États-Unis, les exportateurs canadiens peuvent rivaliser pour obtenir des contrats avec le département de la Défense sur un pied d’égalité avec les fournisseurs américains.
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur print