Vue d’ensemble des domaines technologiques critiques du DoD des É.-U.

Découvrez les 14 technologies qui intéressent l’armée américaine, les départements qui mènent des activités dans chaque domaine et la manière dont les entreprises canadiennes peuvent prendre part au changement.

Le département de la Défense (DoD) des États-Unis est entré dans une ère de modernisation accélérée, car il s’éloigne de la lutte contre le terrorisme pour s’orienter vers la concurrence entre pairs et proches, la modernisation et l’innovation technologique rapide.

Pour atteindre ses objectifs de modernisation, le DoD des É.-U. a défini ses priorités, ses objectifs et ses investissements en matière de science et de technologie dans le cadre de la National Defense Science and Technology Strategy (NDSTS), qui met l’accent sur les 14 domaines technologiques essentiels décrits dans la vision stratégique du CTO du DoD et qui sont nécessaires pour créer et mettre en œuvre des capacités à grande vitesse et à grande échelle.

De l’informatique et des logiciels avancés au stockage des énergies renouvelables, les domaines technologiques critiques façonnent le département. Dans ce blog, nous passons en revue les 14 domaines, énumérons les unités qui contribuent au développement et expliquons comment les entreprises canadiennes peuvent participer à ces initiatives.

Déceler les opportunités émergentes

De la lutte contre les pandémies mondiales à la réduction des coûts logistiques et de soutien, la biotechnologie peut contribuer à changer la manière dont le département mène ses missions, agit dans des environnements logistiques contestés et s’adapte aux grands changements mondiaux.

Les sous-domaines de la biotechnologie qui intéressent le DoD des É.-U. comprennent la synthèse des acides nucléiques et des protéines, l’ingénierie des génomes et des protéines, y compris les outils de conception, la biomique multiple et d’autres outils de biométrologie, de bioinformatique, de modélisation prédictive et d’analyse des phénotypes fonctionnels, l’ingénierie des systèmes multicellulaires, l’ingénierie des systèmes viraux et des systèmes d’administration virale, ainsi que les technologies de biofabrication et de biotraitement.

Pour ceux qui travaillent dans le domaine de la biofabrication, le département de la Défense a récemment publié sa stratégie de biofabrication, qui oriente les efforts de recherche, les partenariats industriels et les relations avec les alliés. La biofabrication est l’utilisation de mécanismes biologiques dans la fabrication et pourrait impacter la production de carburants, de produits chimiques et même de matériaux de construction. Ce domaine a également le potentiel de permettre la création de capteurs environnementaux basés sur la biologie, de technologies portables et de matériaux avec des propriétés entièrement nouvelles. Le département souhaite investir dans des domaines qui lui permettront de combler des lacunes critiques en matière de capacités militaires et d’acquérir un avantage durable dans le domaine de la biofabrication en conservant des capacités domestiques.

Le Bureau des technologies biologiques de la DARPA (Biological Technologies Office) est l’un des départements les plus avancés dans ce domaine. Il aide le département de la Défense à développer des capacités axées sur la technologie afin de détecter de nouvelles menaces et de protéger la préparation des forces américaines, de soutenir la préparation des combattants et de se concentrer sur la biotechnologie opérationnelle afin d’appliquer des solutions biologiques à des problèmes non biologiques. Le site fournit de plus amples renseignements sur le programme et les opportunités. La Defense Innovation Unit dispose également d’une communauté d’intérêt en biotechnologie qui mérite d’être consultée.

Qu’il s’agisse de renseignements plus précis, d’une prise de décision plus rapide ou de capacités de cryptage considérablement renforcées, la science quantique promet de livrer une technologie de pointe. Les applications intéressantes comprennent les horloges atomiques, l’informatique quantique, les matériaux, les isotopes et les techniques de fabrication des dispositifs quantiques, la cryptographie post-quantique, la détection quantique et le réseautage quantique.

Comme indiqué dans le plan de gestion stratégique du DoD pour l’exercice 2022-2026, le département a alloué des fonds pour la démonstration de prototypes d’horloges et de capteurs quantiques, la démonstration de capteurs et d’horloges quantiques dans l’environnement opérationnel et les capteurs et horloges quantiques à faible coût de petite taille, poids et puissance (SWaP) pour des capacités nouvelles et durables pour le combattant.

Pour ceux qui recherchent plus de renseignements et de connexions, la National Quantum Initiative est la source et la passerelle vers la R&D quantique dans l’ensemble du gouvernement américain. Elle répertorie les centres de science de l’information quantique (QIS), les programmes de base, les événements industriels et d’autres ressources.

FutureG est une suite de technologies émergentes de réseautage sans fil rendues possibles par la coopération entre le DoD et l’industrie commerciale afin de permettre les opérations militaires et d’assurer un internet libre et ouvert. Comme la technologie sans fil de cinquième génération (5G) est adoptée et fournit des blocs de construction pour la capacité, le DoD se tournera également vers FutureG pour les technologies avant-gardistes pour mener dans la création de normes futures.

Le plan de gestion stratégique du DoD pour l’exercice 2022-2026 indique que les objectifs de FutureG comprennent (1) la création de radios définies par logiciel pour le durcissement de la guerre électronique et la cyberprotection; (2) le développement de protocoles de réseautage et de cryptage avancés pour les dispositifs militaires omniprésents, de petite taille et de faible puissance; (3) et contribuer à la maturation des technologies pour en faire des capacités pour les combattants.

Le bureau FutureG, qui fait partie du bureau du sous-secrétaire de la Défense pour la recherche et l’ingénierie, s’efforce d’adopter, d’adapter et de contribuer à l’avancement des technologies commerciales. Plus récemment, il a étendu son champ d’action au niveau international, renforçant les partenariats de l’OTAN et des Alliés par le biais de la recherche et de la collaboration.

Dans le domaine des technologies sans fil de la future génération, le DoD des É.-U. s’intéresse aux circuits, antennes, filtres et composants à radiofréquence (RF) et à signaux mixtes, aux technologies de gestion du spectre, aux liaisons optiques et aux technologies des fibres, aux câbles terrestres et sous-marins, aux communications par satellite, au matériel, aux microprogrammes et aux logiciels, aux communications et à la sécurité des réseaux, aux réseaux maillés et aux technologies de communication indépendantes de l’infrastructure.

Les matériaux avancés explorent de nouveaux matériaux innovants et des techniques de fabrication inédites qui peuvent améliorer considérablement de nombreuses capacités du département. Des matériaux plus résistants, plus légers, plus efficaces et capables de supporter des températures plus extrêmes protégeront mieux les membres des forces armées et amélioreront leur capacité à accomplir leurs missions.

Les sous-domaines d’intérêt des matériaux d’ingénierie avancés comprennent les matériaux par conception et la génomique des matériaux, les matériaux avec de nouvelles propriétés, les matériaux avec des améliorations substantielles des propriétés existantes et la caractérisation des propriétés des matériaux et l’évaluation du cycle de vie.

Pour ceux qui souhaitent en savoir plus, l’initiative sur le génome des matériaux (Materials Genome Initiative) est une initiative fédérale multi-agences qui inclut le DoD des É.-U. pour découvrir, fabriquer et déployer des matériaux avancés deux fois plus vite et à une fraction du coût par rapport aux méthodes traditionnelles. L’initiative crée une politique, des ressources et une infrastructure pour aider les institutions américaines à adopter des méthodes permettant d’accélérer le développement des matériaux.

D’autres ressources potentielles sont les communautés d’intérêt Materials & Manufacturing Processes (M&MP) du Defense Innovation Marketplace et le Defense Systems Information Analysis Center (DSIAC), qui fournit des renseignements et des analyses dans dix domaines ciblés, dont celui des matériaux avancés.

Domaines d'adoption efficaces

L’IA de confiance avec des systèmes autonomes de confiance est impérative pour dominer les conflits futurs. À mesure que l’IA, l’apprentissage automatique et les opérations autonomes mûrissent, le DoD se concentrera sur l’assurance de l’IA fondée sur des preuves et sur l’activation de l’efficacité opérationnelle.

Les sous-thèmes de l’IA qui intéressent le DoD comprennent l’apprentissage automatique; l’apprentissage approfondi; l’apprentissage par renforcement; la perception et la reconnaissance sensorielles; la planification, le raisonnement et la prise de décision de l’IA de prochaine génération; et l’IA sûre et sécurisée. Le DoD s’intéresse également aux systèmes autonomes et à la robotique pour les applications de surface, aériennes, maritimes et spatiales.

Le DoD a récemment annoncé la création d’une nouvelle entité chargée de superviser le développement et l’intégration des capacités d’intelligence artificielle au sein des systèmes de sécurité nationale américains. Le Centre de sécurité de l’IA (AI Security Center) se concentrera sur l’élaboration de pratiques exemplaires, d’une méthodologie d’évaluation et de cadres de risque afin de promouvoir l’adoption sécurisée de nouvelles capacités d’IA dans l’ensemble des activités de sécurité nationale et de la base industrielle de la défense.  

Le département de la Défense a également publié récemment sa stratégie visant à accélérer l’adoption des capacités d’IA pour soutenir les combattants américains. La stratégie d’adoption des données, de l’analyse et de l’intelligence artificielle 2023 du Pentagone prescrit une approche agile du développement et de l’application de l’IA. Elle met l’accent sur la rapidité de livraison et l’adoption à grande échelle, conduisant à cinq résultats d’avantages décisionnels spécifiques – une connaissance et une compréhension supérieures de l’espace de combat; une planification et une application adaptatives des forces; des chaînes d’exécution rapides, précises et résilientes; un soutien au maintien en puissance résilient et des opérations commerciales d’entreprise efficientes.

La technologie des systèmes de réseaux intégrés englobe la capacité à communiquer, à fournir une diffusion en temps réel des renseignements dans l’ensemble du département et à assurer un commandement et un contrôle efficaces dans un environnement électromagnétique contesté.

La capacité des systèmes de réseaux intégrés doit permettre des engagements par n’importe quel capteur et opérateur, avec la possibilité d’intégrer des systèmes disparates. Un réseau interopérable qui tire parti des capacités émergentes dans le spectre électromagnétique, telles que la 5G, les réseaux et radios définis par logiciel et les techniques modernes d’échange de renseignements, permettra au département de mieux intégrer de nombreux systèmes de mission diversifiés et de fournir un commandement, un contrôle et une communication entièrement réseautés, capables, résilients et sûrs.

Pratiquement tous les systèmes militaires et commerciaux reposent sur la microélectronique. En étroite collaboration avec l’industrie, les universités et le gouvernement, le département tire parti d’un développement commercial et d’une production de pointe pour les solutions microélectroniques de défense.

Les sous-thèmes d’intérêt dans le domaine des semi-conducteurs et de la microélectronique comprennent la conception et les outils d’automatisation de la conception électronique; les technologies de processus de fabrication et l’équipement de fabrication; au-delà de la technologie des semi-conducteurs à oxyde métallique complémentaire (CMOS); l’intégration hétérogène et le conditionnement avancé; les composants matériels spécialisés/adaptés pour l’intelligence artificielle, les environnements de rayonnement naturels et hostiles, les composants RF et optiques, les dispositifs de haute puissance et d’autres applications critiques; les nouveaux matériaux pour la microélectronique avancée; et les technologies à large bande et à ultra large bande pour la gestion, la distribution et la transmission de l’énergie.

Pour l’exercice 2024, la demande de budget du DoD comprend environ 145 milliards de dollars pour la recherche, le développement, les essais et l’ingénierie. Cette demande est en hausse de 12 % par rapport à l’exercice 2023 et représente la demande la plus importante de l’histoire du département. Selon Heidi Shyu, sous-secrétaire à la recherche et à l’ingénierie du DoD, la microélectronique bénéficie d’un financement d’environ 1,7 milliard de dollars. En comparaison, la détection intégrée et la cybernétique reçoivent environ 1,2 milliard de dollars, et les systèmes de réseaux intégrés environ 763 millions de dollars.

La Defense Microelectronics Activity (DMEA) livre des solutions microélectroniques pour répondre aux besoins du département de la Défense (DoD) et comprend quatre programmes :

  • Programme d’accès de confiance (Trusted Access Program) – garantir l’accès à la microélectronique de pointe et accréditer les fournisseurs de confiance.
  • Programme de soutien technologique avancé (Advanced Technology Support Program) – accélérer l’acquisition de microélectronique et fournir une supervision technique.
  • Ingénierie organique (Organic Engineering) – fournir des solutions microélectroniques flexibles et à spectre complet.
  • Tests d’irradiation (Radiation Testing) – livrer des tests d’irradiation sécurisés et rentables ainsi que des recherches.

La NSA fournit plusieurs ressources en matière de microélectronique, notamment des conseils sur les processus d’assurance et les meilleures pratiques. La DARPA, avec des entreprises des secteurs des semi-conducteurs et de la défense, a lancé le programme JUMP (Joint University Microelectronics Program) avec six centres de recherche pour la recherche à haut risque et à haut rendement dans le domaine des technologies microélectroniques. Vous trouverez des renseignements sur les événements et programmes à venir sur le site Web de la DARPA.

Les technologies spatiales comprennent les vols spatiaux, les communications spatiales et d’autres technologies nécessaires au maintien des opérations spatiales. De nouvelles technologies spatiales sont nécessaires pour permettre des opérations inter-domaines résilientes et pour améliorer la qualité de vie dans l’espace.

Les sous-domaines d’intérêt comprennent l’entretien, l’assemblage et la fabrication en orbite; les bus de satellites banalisés; les véhicules de lancement à faible coût; les capteurs pour l’imagerie locale et à grand champ; la propulsion spatiale; le positionnement, la navigation et la synchronisation (PNT) résilients; la gestion des fluides cryogéniques; et l’entrée, la descente et l’atterrissage.

Selon l’examen de la politique spatiale et la stratégie sur la protection des satellites (Sep 2023), la demande de budget du DoD pour l’exercice 2024 comporte le budget spatial le plus important de tous les temps – 33,3 milliards de dollars, soit une augmentation de près de 13 % par rapport à l’année précédente. Il demande des fonds pour trois domaines – assurer les missions spatiales critiques, renforcer la capacité de détecter et d’attribuer des actes hostiles dans, depuis et vers l’espace, et protéger contre les utilisations hostiles de l’espace par l’adversaire.

Le DoD des É.-U. cherche également à améliorer la capacité à préserver l’accès à l’espace et à s’assurer qu’il peut continuer à fournir des services spatiaux critiques aux forces conjointes en cas de crise et de conflit. Le budget de l’exercice 2024 comprend des demandes visant à faire progresser et à étendre les architectures des capteurs basés dans l’espace qui fournissent des indications et des avertissements sur les menaces pesant sur les systèmes spatiaux; le financement de capteurs au sol et dans l’espace, de radars dans l’espace lointain et de systèmes optiques au sol; et à produire une détection, un suivi et une caractérisation très précis et rapidement disponibles des objets spatiaux, quelle que soit leur origine.

L’Agence de développement spatial (SDA) est une bonne source de renseignements et d’opportunités pour les technologies liées à l’espace. Un autre département à vérifier est le U.S. Space Command, qui travaille avec des alliés et des partenaires, et qui planifie, exécute et intègre la puissance spatiale militaire.

La production et le stockage d’énergie renouvelable comprennent les technologies solaires, éoliennes, biosourcées et géothermiques, le stockage avancé de l’énergie, les moteurs électroniques et l’intégration des réseaux électriques, et promettent de réduire la vulnérabilité des combattants et de livrer de nouvelles capacités opérationnelles. Les sous-domaines présentant un intérêt pour le DoD des É.-U. comprennent les carburants renouvelables et durables, le stockage de l’énergie, les moteurs électriques et hybrides, les batteries, l’intégration au réseau et les technologies d’efficacité énergétique.

En termes d’allocation budgétaire, selon le document Enhancing Combat Capability – Mitigating Climate Risk (mars 2023) du DoD des É.-U., les demandes budgétaires pour l’année fiscale 2024 comprennent :

  • 3,66 milliards de dollars pour la résilience et l’adaptation des installations – (1) adapter les installations militaires pour qu’elles résistent à des conditions de plus en plus difficiles et déployer des technologies de pointe pour renforcer la capacité à se remettre rapidement des perturbations de l’infrastructure publique; (2) améliorer l’énergie des installations, la résilience des missions et la résilience de l’eau; et (3) moderniser les opérations du département pour rester en phase avec l’industrie.
  • 106 millions de dollars pour l’énergie opérationnelle – gagner en capacité et réduire les besoins en approvisionnement logistique en utilisant des outils numériques de planification de vol, des programmes visant à optimiser les performances des compresseurs des moteurs à turbine et des technologies de réduction de la traînée des aéronefs.
  • 1,32 milliard de dollars pour la recherche, le développement, les essais et l’évaluation (RDT&E) – (1) accélérer le développement de véhicules tactiques hybrides, (2) prototyper de nouvelles plateformes telles que les avions à ailes mixtes qui ont le potentiel d’augmenter l’autonomie et la charge utile; (3) systèmes avancés de stockage et de gestion de l’énergie.
  • 54 millions de dollars pour la préparation aux situations d’urgence – (1) intégrer les risques climatiques dans les scénarios de guerre, les exercices et d’autres outils de planification; (2) travailler avec les alliés et les partenaires, soutenir l’assistance humanitaire et les secours en cas de catastrophe (HADR), et les activités de soutien de la défense aux autorités civiles (DSCA).

La stratégie énergétique opérationnelle du département de la Défense (mai 2023) fournit des détails sur les technologies et les tendances commerciales que le DoD des É.-U. envisage pour réduire la demande d’énergie, introduire la substitution et la diversification des énergies, renforcer la résilience de la chaîne d’approvisionnement et améliorer la visibilité de l’offre et de la demande d’énergie à l’échelle de l’entreprise.

L’informatique avancée a dépassé l’informatique traditionnelle en termes de puissance de traitement, de vitesse et de polyvalence. Avec l’explosion du big data, de l’apprentissage automatique et de l’intelligence artificielle, l’informatique avancée et les logiciels sont devenus des domaines technologiques critiques. Les sous-domaines d’intérêt pour le DoD des É.-U. comprennent le supercalculateur, l’edge computing, l’informatique en nuage, le stockage des données, les architectures informatiques et les techniques de traitement et d’analyse des données. 

Les bureaux et programmes d’informatique avancée avec le DoD qui peuvent présenter un intérêt comprennent :  

  • Le programme de modernisation du calcul à haute performance (High-Performance Computing Modernization Program – HPCMP) fournit les capacités de supercalcul, les communications réseau à haut débit et l’expertise en science informatique qui permettent aux scientifiques et aux ingénieurs du DoD de mener un large éventail d’activités ciblées de recherche et de développement, d’essai et d’évaluation, et d’ingénierie d’acquisition.
  • Les communautés d’intérêt C4I (Command, Control, Communications, Computers & Intelligence Community of Interest) établissent des priorités et des orientations, contrôlent les investissements actuels et planifiés dans la science et la technologie (S&T), y compris, mais sans s’y limiter, les réseaux, le commandement et le contrôle (C2), et les efforts de mise à disposition des données pour la prise de décision. Les communautés d’intérêt identifieront les lacunes, établiront et tiendront à jour un ensemble de feuilles de route S&T pour guider les investissements dans les programmes de recherche du DoD, effectueront des évaluations de portefeuille et fourniront des recommandations sur les ressources futures à la direction.
  • Le Bureau des technologies stratégiques (The Defense Advanced Research Projects Agency (DARPA) Strategic Technology Office (STO)) développe et livre des solutions à une vitesse et à une échelle qui leur permettent d’être pertinentes sur le plan opérationnel, passant du lancement du projet à la validation du concept en quelques années seulement. Il contribue aux progrès des technologies telles que la microélectronique avancée, l’augmentation de la capacité de calcul et l’apprentissage automatique/intelligence artificielle appliquée pour poursuivre des solutions en matière de détection active et passive avancée, d’effets sur le champ de bataille, de commandement, de contrôle et de communications, de systèmes de systèmes autonomes et de prise de décision humaine habilitée.

Les interfaces homme-machine (IHM) permettent une communication transparente entre les personnes et la technologie. De l’amélioration de l’accessibilité pour les personnes handicapées à la création de nouveaux modes d’interaction avec les machines, le futur des interfaces homme-machine se concentrera probablement sur des interfaces plus intuitives et adaptatives qui permettent une interaction plus naturelle et plus réactive. Les sous-domaines d’intérêt pour le DoD comprennent la réalité augmentée, la réalité virtuelle, les interfaces cerveau-ordinateur et l’équipe homme-machine.

Parmi les bureaux et programmes du DoD susceptibles de présenter un intérêt, citons le Special Operations Forces Acquisition, Technology, and Logistics (SOF AT&L) Center, qui est responsable de l’ensemble de la recherche, du développement, de l’acquisition, de l’approvisionnement et de la logistique de l’USSOCOM (United States Special Operations Command). Il travaille en étroite collaboration avec le gouvernement, les universités et l’industrie pour remplir sa mission, qui est de fournir aux combattants un soutien rapide et ciblé en matière d’acquisition, de technologie et de logistique.

Un autre bureau à prendre en considération est le bureau du directeur des essais et de l’évaluation opérationnels (Office of the Director, Operational Test and Evaluation (DOTE)), qui se concentre sur l’infrastructure, les outils, les méthodes et les processus d’essai et d’évaluation, ainsi que sur les ensembles de compétences. Il surveille également l’évolution des sciences et des technologies pour déterminer les types de systèmes à tester dans le futur afin de préparer l’écosystème d’essai et d’évaluation du DoD. 

Domaines spécifiques à la défense

La technologie de l’énergie dirigée comprend des faisceaux d’énergie tels que les lasers, les faisceaux de particules et les micro-ondes de forte puissance. Cette technologie pourrait remplacer les systèmes d’armes traditionnels et améliorer les capacités militaires dans des domaines tels que la défense antimissile, l’interception d’aéronefs et les applications non létales. Le DoD consacre environ 1 milliard de dollars par an à l’application de l’énergie dirigée et poursuit ces technologies potentiellement transformatrices depuis des décennies.

Les programmes d’énergie dirigée de la DoD sont coordonnés par le directeur principal de l’énergie dirigée au sein du bureau du sous-secrétaire de la Défense pour la recherche et l’ingénierie (OUSD[R&E]). De plus, l’OUSD(R&E) gère la feuille de route pour l’énergie dirigée, l’initiative HELSI (High Energy Laser Scaling Initiative), qui fournit des opportunités de prototypage à court terme pour les partenaires industriels.

D’autres bureaux participent activement aux applications de l’énergie dirigée, notamment l’Office of Naval Research, l’Air Force Research Laboratory, le Waveform Agile Radio-frequency Directed Energy (WARDEN) du DARPA et le Directed Energy Systems Integration Lab (DESIL) de l’Armée américaine.

Les systèmes hypersoniques volent dans l’atmosphère pendant une grande partie de leur vol, à une vitesse égale ou supérieure à cinq fois la vitesse du son, soit environ 3 700 kilomètres par heure. Ils réduisent considérablement le temps nécessaire pour frapper une cible et augmentent l’imprévisibilité.  Depuis 2019, le DoD a consacré plus de 8 milliards de dollars à des programmes de développement de missiles hypersoniques. Dans son dernier plan budgétaire quinquennal, le Programme de défense des années futures 2023, le DoD demande 13 milliards de dollars sur la période 2023-2027 pour le développement de missiles hypersoniques.

Pour ceux qui cherchent à mieux comprendre les armes hypersoniques des É.-U. et leurs alternatives, un récent rapport du Congressional Budget Office fournit de plus amples renseignements sur l’état actuel des projets et des programmes de recherche militaire associés.

Le DoD des É.-U. cherche à développer des capteurs à large bande pour opérer à l’intersection du cyberespace, de la guerre électronique, des radars et des communications.  Les sous-domaines d’intérêt comprennent les charges utiles, les capteurs et les instruments; le traitement des capteurs et la fusion des données; l’optique adaptative; la télédétection de la Terre; la gestion des signatures; la détection et la caractérisation des matières nucléaires; la détection et la caractérisation des armes chimiques; la détection et la caractérisation des armes biologiques; la détection et la caractérisation des pathogènes émergents; la détection dans le secteur des transports; la détection dans le secteur de la sécurité; la détection dans le secteur de la santé; la détection dans le secteur de l’énergie; la détection dans le secteur de la construction; et la détection dans le secteur de l’environnement.

L’un des bureaux chargés de soutenir ce domaine d’innovation est le Program Executive Office Intelligence Electronic Warfare and Sensors (PEO IEW&S) de l’Armée de terre américaine. Il dispose de plusieurs pages de programme qui offrent des propositions sur les projets et les capacités, notamment le gestionnaire de programme pour le cyber et l’espace, le gestionnaire de programme pour la guerre électronique et le cyberespace, et le gestionnaire de programme pour les systèmes de renseignement et d’analyse.

eBook
Vendre à l’Armée américaine

Vendre au DoD des É.-U. est un moyen puissant pour les entreprises canadiennes de tous types et de toutes tailles d’accroître leur chiffre d’affaires. Apprenez à tirer parti de cette énorme opportunité grâce au guide étape par étape de la CCC.

Opportunités pour les entreprises canadiennes

Les alliés internationaux et les partenaires industriels font partie intégrante des efforts de recherche et de développement du DoD des É.-U. et le département cherche toujours à multiplier les opportunités de recherche et de développement conjoints avec eux. Dans le cadre de l’Accord sur le partage du développement industriel pour la défense, le Canada et les É.-U. ont conclu un contrat spécial de coopération en matière de recherche et de développement, ce qui constitue un avantage pour les entreprises canadiennes.

En tant qu’agence canadienne de vente de matériel militaire à l’étranger, la CCC s’associe à d’autres ministères du gouvernement canadien et à des départements de l’armée américaine pour présenter des technologies canadiennes à l’armée américaine. Pour les Canadiens qui cherchent à explorer les opportunités, notre page sur les programmes d’innovation du DoD des É.-U. fournit une liste exhaustive des programmes auxquels les entreprises canadiennes peuvent accéder pour accélérer leur recherche et la commercialisation de leurs technologies.

Si votre technologie et votre solution sont déjà commercialisées et que vous souhaitez obtenir de l’aide pour commencer à vendre à l’Armée américaine, lisez notre page Ventes à l’Armée américaine qui fournit les étapes à suivre pour démarrer. Vous pouvez également visionner notre webinaire sur les 5 choses à faire avant de soumissionner auprès du DoD des É.-U.

Travailler avec la CCC

Si vous cherchez à présenter votre solution technologique essentielle à l’Armée américaine, renseignez-vous sur la CCC et sur la façon dont nous pouvons vous aider. Si vous travaillez déjà avec un département de l’Armée américaine, communiquez avec nous pour que nous puissions fournir le soutien du gouvernement du Canada à votre proposition.

Ce billet a été mis à jour le 9 janvier 2023.

Postes connexes

Si vous cherchez à accroître vos exportations vers les États-Unis, le département américain de la défense (DoD) pourrait être une très grande source d’occasions d’affaires – même si votre entreprise n’est pas directement impliquée dans le secteur de la défense.  

Cet article vous guidera à travers tout ce que vous devez savoir sur les opportunités offertes aux entrepreneurs du DoD américain basés au Canada.

Vous étudiez une opportunité avec un gouvernement étranger?​

Laissez-nous vous aider à explorer les moyens par lesquels le gouvernement du Canada peut vous aider à remporter davantage de marchés internationaux.

Rechercher
Rechercher

Challenge.gov |

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Ut elit tellus, luctus nec ullamcorper mattis, pulvinar dapibus leo.