EN

Entreprise canadienne basée à Montréal, Terragon Environmental Technologies (Terragon) met au point des technologies qui transforment les déchets et les eaux usées en énergie et en eau réutilisable, permettant à tout habitat de traiter ses matières résiduelles sur place et de tirer grand profit des ressources qui s’y cachent.

Découvrez comment Terragon s’est associée au département de la Défense (DoD) des É.-U. pour atteindre un nouveau sommet dans l’introduction d’habitats zéro-déchet dans les régions éloignées du monde.

À propos de Terragon Environmental Technologies

Établie à Montréal, Terragon conçoit des solutions simples de gestion des déchets et des eaux usées grâce auxquelles n’importe quel habitat peut non seulement traiter ses propres matières résiduelles localement sans nuire à l’environnement, mais aussi tirer parti des ressources produites par la récupération de ces déchets.

Plus précisément, grâce aux technologies de Terragon, divers habitats isolés (bases militaires, navires et plates-formes maritimes, camps de travail, installations biomédicales et d’autres installations industrielles ou dangereuses) peuvent purifier les eaux huileuses, grises ou noires ou transformer les déchets solides et les boues en énergie précieuse.

Élimination des déchets pour le Corps des Marines des États-Unis (USMC)

Grâce à un contrat de gouvernement à gouvernement (GàG) de la CCC, Terragon a pu travailler avec le département de la Défense des É.-U. (DoD) pour déployer sa technologie de gestion des déchets et de l’eau sur le terrain comme système intégré unique.

En partenariat avec l’Office of Naval Research (ONR) et les U.S. Marine Corps Forces Pacific (MARFORPAC) à Hawaï, Terragon a mis à l’épreuve son système de fine pointe d’élimination des déchets, qui fait appel à la décomposition contrôlée pour réduire un sac de déchets standard de 50 gallons en un petit pot de cendres inoffensives.

Des déchets à l’énergie

La composante de valorisation énergétique des déchets du Système de Micro Auto Gazéification de Terragon (MAGSTM) utilise une technologie brevetée d’autogazéification pour convertir les déchets combustibles en plus de 2 400 kWh d’énergie par jour. Le processus est pratiquement autonome, car le gaz qu’il produit est capté et réutilisé pour chauffer le prochain lot de déchets. Le seul sous-produit est un peu de biochar (charbon de bois).

« Le système cuit essentiellement les déchets et capte énormément de gaz combustibles comme sous-produits, qui servent à alimenter le processus », explique Donn Murakami, le conseiller scientifique de MARFORPAC qui dirige l’équipe d’évaluation du Corps des Marines.

L’efficacité énergétique et la combustion propre du MAGS le rendent attrayant pour les unités expéditionnaires. Son empreinte carbone est faible, et ses émissions invisibles : un avantage tactique. La chaleur résiduelle peut également être utilisée pour chauffer les habitations et l’eau.

Gestion de l’eau

Pour traiter les eaux usées, Terragon compte sur un processus d’électrocoagulation breveté qui en permet la réutilisation pour le nettoyage, les chasses d’eau, l’irrigation et d’autres applications non potables — ou le rejet dans l’environnement sans risque de contamination.

« Il y a des dizaines d’années, l’idée de récolter de l’énergie à partir des déchets n’était qu’une chimère du mouvement environnemental. Aujourd'hui, la technologie a évolué au point où le département de la Marine en évalue sérieusement les avantages pratiques et tactiques.»

Steve McElvany, responsable du programme MAGS à l'ONR.

Le général de division Peter J. Talleri, commandant des installations du Corps des Marines du Pacifique, alimente de déchets le système MAGSTM de Terragon Environmental Technologies à Camp H.M. Smith, Hawaï, le 18 octobre 2011. Source : Defense Visual Information Distributed Service (DVIDS)

Source: Terragon Europe.

Un marine charge des déchets dans un système compact d’élimination MAGS à Camp Smith, Hawaï. Source : U.S. Marine Corps.

L’intérêt de travailler avec la CCC

En plus d’aider Terragon à maîtriser le système d’approvisionnement du DoD américain et à mener efficacement les vérifications préalables, la CCC, au moyen de son Programme de maître d’œuvre du DoD américain, a pu garantir l’exécution du contrat par le gouvernement du Canada.

Le contrat avec le DoD américain a mené à de nombreuses autres occasions d’affaires auprès d’organismes gouvernementaux, y compris d’autres contrats pour Terragon ailleurs aux États-Unis.

« Le département de la Défense avait besoin d'une garantie de performance solide comme le roc pour ce contrat. L'appui de la CCC était donc essentiel, car il confirmait, au nom du gouvernement du Canada, que le projet serait exécuté comme prévu. »

Peter Tsantrizos, président et chef de la direction

Un grand potentiel de marché pour Terragon

La solution de Terragon a une valeur potentielle pour tout site ou toute communauté qui n’a pas accès à un réseau central d’élimination des déchets ou qui paie ses ressources très cher, par exemple, les collectivités nordiques ou isolées, ou encore les navires en pleine mer. Et les organismes militaires, eux, appartiennent de fait aux deux catégories.

« Les États-Unis ont environ 4 000 bases d’opérations avancées », affirme Peter Tsantrizos, président et directeur général de Terragon. « Et parce que d’autres pays observent ce que l’armée américaine fait, ça ouvre des portes un peu partout dans le monde. »

Contrat avec le Corps des Marines des É.-U., Californie

Terragon a remporté un contrat de suivi avec le Marine Corps Air Ground Combat Center en Californie pour traiter les déchets liquides et solides dans les bases d’opérations avancées (BOA).

L’installation sur place des technologies brevetées de Terragon vise à réduire le besoin de transporter l’eau et les eaux usées, à améliorer l’autosuffisance, à diminuer les coûts et à réduire les risques à la sécurité.

Marine Corps Air Ground Combat Center, Twentynine Palms, Californie. Source : Marines.mil

Contrat avec le National Parks Service des É.-U.

Le National Parks Service des États-Unis cherchait une façon économiquement viable de traiter les . Son choix : le système de microgazéification automatique de Terragon, qui à la fois répondrait aux normes de gestion des déchets et produirait assez d’énergie pour doter la communauté de ses premières blanchisseries.

« Notre entreprise essaie de considérer les matières résiduelles non pas comme des déchets, mais comme des sous-produits qu’il faut réutiliser. Cette vision nous incite non seulement à créer une technologie différente, mais aussi à aborder le marché différemment », soutient M. Tsantrizos.

Source: Terragon.

Gestion des déchets des navires

Outre les applications militaires et gouvernementales, Terragon a remporté un contrat avec Wärtsilä pour installer le système de microgazéification automatique à bord du navire de croisière MS Regal Princess. Le système, qui remplace l’un des incinérateurs du navire, améliore le traitement des matières résiduelles en éliminant en toute sécurité les déchets dangereux, contaminés et combustibles secs. L’impact environnemental du navire est donc grandement réduit, ce qui contribue à préserver le milieu marin.

Forte d’un autre contrat, la société a également installé un système de microgazéification automatique sur le navire ultra luxueux Seabourn de Wärtsilä pour en assainir le traitement des déchets et donc en réduire beaucoup l’impact environnemental.  

Regal Princess. Source: Wikimedia.

Terragon reçoit l’approbation de l’USDA pour le traitement des ordures réglementées

En 2019, le système de microgazéification automatique (MAGS) de Terragon a reçu l’approbation du département de l’Agriculture des États-Unis (USDA) comme nouvelle technologie de traitement des déchets réglementés (en anglais).

Les technologies courantes (incinérateurs, stérilisateurs, broyeurs, etc.) n’offrent que la stérilisation et la réduction du volume, alors que le MAGS permet également de produire de l’énergie sur place et de séquestrer le carbone, réduisant ainsi les émissions de CO2.

Le MAGS respecte aussi la directive sur les émissions industrielles de l’Union européenne (2010/75/EU), ainsi que les exigences de l’EPA (États-Unis), du Canada et d’autres pays quant aux émissions terrestres.

Les ordures ménagères réglementées (OMR), c’est quoi?

Les déchets réglementés désignent les matières résiduelles organiques évacuées par des navires, des avions et d’autres transporteurs qui reviennent de l’extérieur des États-Unis et du Canada.

Pourquoi les OMR sont-elles importantes?

Les déchets réglementés posent des risques, car toutes sortes de parasites et de maladies végétales et animales peuvent s’y trouver et se proliférer ensuite en Amérique du Nord.

Parmi les maladies communes que peuvent propager les déchets réglementés figurent la peste porcine africaine, la grippe aviaire et l’encéphalopathie spongiforme bovine (maladie de la vache folle). La stérilisation efficace de ces déchets prévient toute contamination.

À propos de la Corporation commerciale canadienne (CCC)

Société de la Couronne, la CCC est le seul organisme canadien à offrir aux entreprises canadiennes des services professionnels visant l’obtention de contrats auprès de gouvernements étrangers aux niveaux national, étatique et municipal.

Par exemple, notre Programme de maître d’œuvre international est un service tarifié dans le cadre duquel nous signons des contrats de gouvernement à gouvernement (GàG) à l’étranger pour vendre des solutions canadiennes.

Ensuite, notre Programme de maître d’œuvre DoD des É.-U. est un service gratuit financé par le gouvernement du Canada et soutenu par celui des États-Unis pour faciliter la vente de produits et services canadiens à l’armée américaine.

Pour en savoir plus sur la CCC et sur la façon dont elle peut vous aider, contactez-nous.

Dernière mise à jour : Septembre 2022

Cherchez-vous une nouvelle stratégie de vente?

Lançons ensemble votre prochain contrat GàG.