EN
The Canadian Commercial Corporation (CCC)

Nous sommes l’agence de passation de marchés de gouvernement à gouvernement du Canada. Nous aidons à établir des relations commerciales fructueuses entre les entreprises canadiennes et les gouvernements du monde entier dans le cadre de projets d’importance publique et nationale. Nous sommes également le canal officiel pour les entreprises canadiennes qui vendent au DoD des États-Unis.

Si vous êtes une entreprise canadienne et que vous avez une occasion de vente avec un acheteur gouvernemental étranger ou si vous êtes un acheteur gouvernemental étranger qui cherche à acheter au Canada, laissez-nous vous aider. 

Le dernier numéro du Periphery Report est sorti, et cette édition sur les infrastructures intelligentes brosse un tableau des possibilités pour les entreprises canadiennes du secteur des infrastructures qui cherchent à se développer en Asie. Dans ce blog, nous résumons quelques secteurs d’opportunité mis en évidence dans le rapport et partageons quelques programmes du gouvernement canadien pour soutenir les entreprises canadiennes qui entrent dans la région.

Avec une démographie changeante, des températures fluctuantes et des changements géopolitiques incertains, les investissements dans les infrastructures à travers l’Asie continuent de croître sans relâche. On observe également une évolution continue vers l’intelligence… des villes intelligentes… des infrastructures intelligentes…. usines intelligentes… des lampadaires intelligents… un réseau intelligent… et bien plus encore. La région est à la recherche de solutions qui aident les villes, les services publics et les autres organisations fournissant des infrastructures publiques à utiliser les ressources de manière optimale tout en réduisant l’impact sur le climat.

Transport et logistique

Les Nations unies prévoient que 68 % de la population mondiale vivra dans des zones urbaines d’ici 2050, et la Banque asiatique de développement (BAD) estime que les villes asiatiques s’agrandissent d’environ 120 000 personnes par jour. Cette croissance met à rude épreuve de nombreux systèmes de transport et de mobilité existants. 

De nombreux gouvernements ont investi dans l’infrastructure et la technologie pour un système de transport en commun efficace, mais il existe encore des possibilités d’introduire plus d’efficacité. Le rapport examine un système appelé Mobilité servicielle ou Mobility as a Service » (MaaS) en anglais, qui se définit comme « l’intégration de diverses formes de services de transport en un seul service de mobilité accessible à la demande. » La Mobilité servicielle se concentre sur la destination d’une personne plutôt que sur le mode de transport.

Des villes comme Bangkok, Jakarta et Manille ont récemment commencé à investir dans des options de transport public durables qui intègrent une meilleure utilisation des capteurs, des données et des systèmes de Mobilité servicielle. Les revenus émanant de Mobilité servicielle devraient atteindre 1 000 milliards de dollars américains d’ici 2030.

Le rapport met également en évidence les possibilités offertes par la chaîne d’approvisionnement. La société SingleTrack, basée à Calgary, a déclaré qu’une diminution des délocalisations poussent les entreprises à se tourner vers des technologies qui permettent de suivre les gains d’efficacité et de réduire l’impact environnemental.

Par exemple, Air Canada, dont l’activité passagers s’est tarie pendant la pandémie, a dû repenser son modèle économique, rééquiper son personnel et ses avions, adopter des technologies telles que les drones et l’intelligence artificielle et livrer de nouveaux systèmes de communication, le fret étant devenu une forte source de revenus.

Ce sont des changements et des besoins de ce genre qui suscitent des opportunités pour les entreprises canadiennes. Selon le cabinet d’avocats canadien Osler, le Canada est un leader mondial dans les technologies telles que l’intelligence artificielle et la blockchain qui peuvent être appliquées à l’entreposage et à une meilleure gestion des chaînes d’approvisionnement et du service juste à temps.

Téléchargez l’édition Periphery Smart Infrastructure (disponible seulement en anglais) pour en savoir plus.

Vous avez une solution de transport intelligent que vous pouvez vendre à des gouvernements étrangers ?

Dites-nous en plus.

2/3

Les marchés émergents représentent les deux tiers des besoins mondiaux en investissements en infrastructures.

54%

sont nécessaires en Asie

$20B

La Corée investit 20 milliards de dollars dans son écosystème de villes intelligentes

Gestion des déchets

La croissance de la population asiatique signifie que les villes devront continuer à investir dans des solutions pour gérer leurs déchets solides de manière à protéger la santé publique et l’environnement. Selon une estimation de la Banque asiatique de développement (BAD), l’Asie dépensera environ 1,5 billion de dollars pour les infrastructures de gestion des déchets solides au cours de la prochaine décennie.

Comme l’indique l’édition Periphery Cleantech (disponible seulement en anglais), l’accent sera mis sur les projets de valorisation des déchets qui présentent le double avantage de réduire la mise en décharge et de fournir de nouvelles ressources, telles que l’énergie ou les matériaux de construction. Les usines de valorisation énergétique des déchets (WTE) peuvent offrir un moyen efficace de traiter les déchets solides municipaux (MSW), qui sont produits par les ménages et les entreprises, et qui comprennent des éléments tels que les restes de nourriture, les produits en papier et les plastiques.

L’usine Soc Son WTE, située dans le complexe de traitement des déchets de Nam Son à Hanoi est un exemple de la technologie WTE. Le site a été raccordé au réseau national en juillet et le premier incinérateur de l’usine a la capacité de traiter 800 tonnes de déchets par jour, produisant 15 MW d’électricité par heure. Quatre autres incinérateurs devraient être opérationnels d’ici la fin de l’année, permettant d’éliminer 4 000 tonnes de déchets solides secs par jour et de produire jusqu’à 75 MW d’électricité par heure.

Le Canada est bien placé pour répondre aux besoins en matière de gestion des déchets. Par exemple, l’entreprise canadienne Terragon Environmental Technologies a profité du soutien de la CCC pour l’aider à vendre sa solution de transformation des déchets en énergie qui permet à tout habitat de traiter ses propres déchets localement et de tirer des avantages importants de la récupération des ressources contenues dans les déchets. Le Canada aimerait aider davantage d’entreprises comme Terragon Environmental Technologies à développer leurs solutions et à répondre aux besoins en Asie et ailleurs.

Téléchargez l’édition Periphery Cleantech (disponible seulement en anglais) pour en savoir plus sur la gestion des déchets en Asie.

Parlez-nous de votre solution de gestion des déchets.

Contactez-nous pour savoir comment le Gouvernement du Canada peut vous aider à réaliser vos ambitions en matière de ventes internationales

90%

des 2,4 milliards de personnes de la classe moyenne dans le monde viennent d’Asie.

60%

D’ici 2025, plus de 60 % des citoyens de l’ANASE résideront dans des villes.

Énergie propre

L’énergie solaire, éolienne, géothermique et d’autres sources d’énergie deviennent plus abordables et plus efficaces grâce à l’amélioration des pratiques de fabrication, aux sciences des matériaux et à une plus grande utilisation des données.

Mordor Intelligence prévoit que le marché asiatique des réseaux électriques intelligents connaîtra une croissance moyenne de 15 % par an entre 2016 et 2026. Des pays comme la Chine et l’Inde stimuleront la croissance, car ils adoptent des infrastructures intelligentes et la production d’énergie alternative pour remplacer les systèmes électriques vieillissants.

La région Asie-Pacifique a identifié un besoin d’expertise dans le développement et la gestion de nouveaux projets énergétiques qui exploitent ces sources d’énergie alternatives.

Il faut également des experts en big data pour aider à comprendre les données de consommation afin d’aider les producteurs et les régulateurs à comprendre quelles zones génèrent plus de pollution ou tirent plus d’énergie du réseau. Ces connaissances aideront à cibler les programmes vers les communautés ayant une forte demande ou des niveaux élevés d’exposition à la pollution, afin que les politiques et les interventions puissent être mises en place en temps opportun.

Téléchargez l’édition Periphery Smart Infrastructure (disponible seulement en anglais) pour en savoir plus.

Vous avez une solution d’énergie propre ?

Discutons bientôt de la manière dont nous pouvons positionner votre entreprise comme la solution que les gouvernements recherchent.

40%

augmentation des investissements dans les infrastructures intelligentes en Asie en 2022

$46B

Les dépenses asiatiques en intelligence artificielle dépasseront 46 milliards de dollars d’ici 2026

Deeptech et Infratech

« Deeptech » est utilisée pour décrire une gamme variée de technologies, notamment l’intelligence artificielle, la blockchain, la 5G, l’edge computing et l’Internet des objets (IoT) qui consiste soit à créer, à stocker, à analyser ou à agir sur les données qui, en fin de compte, fournissent l’intelligence des infrastructures.

Selon Global Infrastructure Hub (GIHub), l’infratech peut être décrite comme l’intégration des technologies matérielles, des machines et du numérique dans le cycle de vie des infrastructures.

En 2020, les ministres des finances et les gouverneurs des banques centrales du G20 ont approuvé le programme InfraTech de Riyad pour promouvoir l’adoption plus large de la technologie dans les infrastructures.

L’engagement de l’Asie en faveur de la Deeptech et de l’Infratech est en partie motivé par la nécessité pour ses économies d’améliorer leur productivité et leur efficacité afin de rester compétitives dans une économie mondiale.

Leur engagement est attesté par de nombreux projets, dont le terminal de l’aéroport de Singapour qui est alimenté par l’intelligence artificielle et utilise la biométrie pour permettre aux voyageurs de passer l’immigration sans avoir à présenter leur passeport ou leur carte d’embarquement, ainsi qu’à Hong Kong où sont déployés des lampadaires intelligents qui utilisent des capteurs et des caméras pour surveiller les conditions de circulation.

L’Asie dispose de plusieurs atouts – notamment l’absence de systèmes hérités du passé et le désir d’innovation des gouvernements régionaux – qui la placent en bonne position pour jouer un rôle de premier plan dans le domaine du déploiement des infrastructures intelligentes.

Téléchargez l’édition Periphery Smart Infrastructure (disponible seulement en anglais) pour en savoir plus

900 000

nombre de citoyens âgés à Singapour d’ici 2030

11 000

nombre de colporteurs de Singapour ayant adopté le paiement électronique

L’ANASE : une région prioritaire pour le commerce et l’investissement du Canada

"La région indo-pacifique est essentielle pour la croissance économique, la prospérité et la sécurité du Canada. Récemment, nous avons approfondi les relations établies dans le cadre du partenariat Canada-ANASE, qui dure depuis 45 ans. Ensemble, nous sommes déterminés à protéger la stabilité et la paix de la région, tout en ouvrant de nouvelles possibilités à nos entreprises, à nos travailleurs et à nos concitoyens ".

Le Canada a signé de nombreux accords régionaux pour faciliter le commerce dans la région Asie-Pacifique. Il s’agit notamment des accords suivants 

  • Accord de partenariat économique global entre le Canada et l’Indonésie – En juin 2021, le Canada et l’Indonésie ont entamé des négociations en vue de conclure un accord de partenariat économique global afin de soutenir une croissance économique significative et durable et de faciliter l’accroissement du commerce et des investissements.
  • Accord de libre-échange Canada-ANASE – En novembre 2021, le Canada et l’ANASE ont convenu d’entamer des négociations en vue d’un accord de libre-échange (ALE). Les économies des États membres de l’ANASE représentent le sixième partenaire commercial en importance du Canada (2020).
  • Protocole d’entente Canada-Philippines – En mai 2022, le Canada et les Philippines ont signé un protocole d’entente visant à établir une commission économique mixte afin d’améliorer le dialogue et la collaboration sur les priorités communes et émergentes en matière d’économie, d’investissement et de commerce, notamment dans les secteurs de croissance comme les énergies renouvelables, les infrastructures, l’agriculture, l’exploitation minière durable et les technologies de l’information et des communications.
  • Protocole d’entente entre le Canada et l’ANASE – En septembre 2022, le Canada a annoncé la création d’un nouveau fonds fiduciaire de 1 million de dollars canadiens pour le plan d’action de l’ANASE et du Canada afin de promouvoir une collaboration plus poussée s’appuyant sur les 3,7 milliards de dollars canadiens d’aide au développement que le Canada a fournis à l’ANASE et à ses États membres depuis 2000.

InfraCAN GàG : Soutien au secteur canadien des infrastructures

« Les gouvernements de toute l’Asie ont du mal à faire participer le secteur privé, c’est pourquoi nous voyons les gouvernements philippin et indonésien essayer d’accroître les investissements du secteur privé par le biais d’un modèle de partenariat public-privé (PPP) », a déclaré Martin Desautels, l’associé directeur du cabinet d’avocats DFDL basé au Vietnam. « Les entreprises canadiennes doivent être incitées à se diversifier en dehors de la Chine dans le reste de l’Asie. »

Selon M. Desautels, les entreprises canadiennes manquent de tolérance au risque et passent à côté d’opportunités importantes.

« En travaillant avec Exportation et développement Canada (EDC) et le gouvernement du Canada, nous pouvons maintenant offrir une solution de très haute qualité, soutenue par le gouvernement, qui permet aux entreprises canadiennes de se lancer et de développer des projets vraiment inspirants. Notre plus grand défi est que nous ne pouvons aller que là où les entreprises canadiennes sont prêtes à aller. Nous espérons que grâce à cet effort, nous pourrons démontrer les possibilités extraordinaires qui s’offrent aux entreprises de notre pays pour prospérer sur la scène mondiale « , a déclaré Peter Nesbitt, directeur principal à la CCC.

Afin d’aider les Canadiens à réduire les risques liés à leur entrée sur les marchés asiatiques, la CCC et Exportation et développement Canada (EDC), ainsi que le Service des délégués commerciaux (SDC) et son réseau de bureaux commerciaux canadiens dans la région, se sont associés pour lancer InfraCAN GàG, afin de promouvoir la collaboration entre le Canada et l’ANASE sur les projets d’infrastructure et autres projets d’importance nationale.

Dans le cadre d’InfraCAN GàG, la CCC, EDC et le SDC s’engagent auprès des gouvernements acheteurs de la région à fournir des approches coordonnées pour les grands projets d’infrastructure.

Le SDC s’appuie sur son réseau de contacts sur le terrain et s’engage auprès des hauts représentants du gouvernement pour identifier les opportunités de projets potentiels, et promouvoir le Canada comme partenaire de choix pour le développement des infrastructures. Une fois qu’un projet a été identifié, EDC fournit l’investissement initial en capital, la CCC assume le risque de performance en étant le maître d’œuvre officiel, les entreprises canadiennes offrent des solutions intégrées verticalement, et le gouvernement du Canada fournit une garantie d’exécution du contrat.

Le Canada cherche à créer davantage de partenariats de gouvernement à gouvernement avec les pays membres de l’ANASE. Si vous êtes intéressé à explorer comment le Canada peut répondre aux besoins d’approvisionnement de votre gouvernement, veuillez contacter : Boris Jacouty, Directeur en infrastructure à la CCC.

En savoir plus sur les possibilités de contrats GàG en Asie.

Vous avez une solution que vous aimeriez que le gouvernement du Canada vous aide à exporter en Asie ?

Communiquez avec nous pour en savoir plus sur les possibilités.

Le GàG du Canada : un modèle éprouvé pour les exportateurs

La passation de contrats de gouvernement à gouvernement n’est pas un modèle nouveau, mais la version unique du Canada a fait ses preuves.

Par l’entremise du GàG, les acheteurs gouvernementaux au niveau national et local dans la région de l’ANASE peuvent:

  • Obtenir un démarrage plus rapide des projets: L’approche canadienne de passation de contrats GàG permet de répondre à des besoins urgents et impérieux grâce à des propositions non sollicitées provenant d’une liste de fournisseurs canadiens qualifiés, associées à une approche souple de passation de marchés.
  • Réduire les risques liés à l’approvisionnement : InfraCAN GàG atténue les risques liés à la sélection des fournisseurs et améliore la viabilité financière d’un projet grâce à une diligence raisonnable qui favorise les pratiques commerciales responsables.
  • Attirer des sources de financement: Les contrats sont soutenus par le gouvernement du Canada, ce qui crée un environnement favorable pour le financement de projets.
  • Améliorer les résultats des investissements en infrastructure : L’approche de passation de contrats GàG du Canada fournit une assurance unique du gouvernement du Canada que le contrat sera exécuté selon les modalités convenues, ce qui garantit des résultats positifs pour le projet.

Comment le GàG du Canada se compare-t-il aux autres GàG ?

De nombreux pays offrent des options GàG pour les infrastructures, mais le modèle canadien se distingue pour deux raisons :

  • Passez un contrat avec le Canada, pas avec une entreprise : La nation acheteuse ne passe pas de contrat avec une entreprise individuelle. Elle passe plutôt un contrat avec le gouvernement du Canada. Cela réduit les risques liés à l’approvisionnement pour la nation acheteuse, car elle n’a pas à effectuer la vérification préalable de l’entreprise sur les plans technique, financier et de la gestion – le Canada le fait pour elle. Le Canada fournit également la garantie d’exécution du contrat.
  • Bien plus que du financement : Le modèle GàG du Canada va bien au-delà du financement. Notre modèle consiste à aider la nation acheteuse à cocréer le projet en tirant parti des deux gouvernements et de l’expertise technique d’un fournisseur canadien qualifié. Le gouvernement du Canada surveille activement l’exécution du contrat et s’occupe de toute l’administration financière du projet en veillant à ce que les fonds soient versés en fonction du travail fourni. Cela permet de s’assurer que les contrats GàG du Canada ont un résultat positif.

Le programme GàG du Canada pour les projets internationaux

Le service de maître d’œuvre international est le service de passation de contrats GàG du Canada qui est disponible dans le cadre du programme InfraCAN GàG. Administré par la CCC, il offre aux entreprises canadiennes un soutien pour le développement de projets d’infrastructure aux niveaux national, étatique et municipal.

Dans le cadre du GàG, les entreprises ont:

  • La possibilité d‘accéder à des acheteurs gouvernementaux de haut niveau.
  • Un avantage concurrentiel puisque le gouvernement acheteur achètera la solution du gouvernement canadien.
  • Obtiennent des conseils et un soutien pour naviguer les marchés publics complexes.
  • Réduisent les risques politiques, de corruption et de paiement.
  • La capacité de présenter des propositions non sollicitées et de réduire la durée du cycle de vente, souvent observée dans le processus d’approvisionnement traditionnel.

Vous souhaitez savoir comment vous pouvez exporter votre solution vers les gouvernements asiatiques ?

Communiquez avec nous pour en savoir plus sur le programme InfraCAN GàG du Canada et sur les autres programmes et services du gouvernement du Canada destinés aux exportateurs.

Ce billet a été mis à jour le 10 décembre 2022.

Postes connexes

Les accords de libre-échange (ALE) sont des ententes officielles qui facilitent le commerce entre les pays et donnent aux exportateurs un accès simplifié ou préférentiel aux marchés. Voici quelques faits saillants sur les ALE pour les entreprises exportatrices canadiennes.

Les gouvernements continuent d’investir dans divers projets d’infrastructure. Dans ce blogue, nous présentons un petit échantillon des initiatives, tendances et opportunités récentes pour les entreprises canadiennes dans le domaine des infrastructures de transport et d’eau.

Inscrivez-vous à notre blogue​

CC.CA a besoin de vos coordonnées pour vous envoyer des renseignements et des outils par courriel. Nous respectons votre vie privée et nous ne partagerons pas ces renseignements. Vous pouvez vous désabonner à tout moment.

Vous étudiez une opportunité avec un gouvernement étranger?​

Laissez-nous vous aider à explorer les moyens par lesquels le gouvernement du Canada peut vous aider à remporter davantage de marchés internationaux.